Malgré de nombreux obstacles, les femmes sont à la recherche d'opportunités entrepreneuriales

Participants à une discussion sur les femmes dans l’industrie au WEIF 2017 à Manama, Bahreïn. Photo ONU Info/Vibhu Mishra

1 novembre 2017 – Malgré les énormes défis auxquels elles sont confrontées sur le lieu de travail, les femmes ne sont pas impuissantes et vont continuer à travailler dur, atteindre leurs objectifs et réaliser leurs rêves dans le monde de l'entreprise.

Tel était le message clé du deuxième jour du World Entrepreneurs Investment Forum (WEIF), organisé à Manama par l'Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI) et le gouvernement de Bahreïn.

« C'est l'occasion pour tout le monde à travers le monde - décideurs, investisseurs, professionnels des technologies - de comprendre que les femmes n'attendent pas de cadeaux, qu'elles cherchent des opportunités. Une opportunité n'est pas un document à distribuer », a déclaré Adot Killmeyer-Oleche, la chef de l'Institut pour le développement des capacités de l'ONUDI. « C'est un message important pour nous tous - l'ONU, les activistes et les praticiens du développement, et les agents du changement », a-t-elle ajouté.

Lors d'un panel consacré aux 'Femmes dans l'industrie', des décideurs, femmes et hommes d'affaires, représentants d'institutions financières et d'agences des Nations Unies ainsi que des jeunes femmes entrepreneures se sont réunis pour discuter des défis auxquels sont confrontées les femmes entrepreneures.

Les femmes entrepreneures sont confrontées à des défis à tous les niveaux

Les femmes entrepreneures se retrouvent souvent à la fin de la chaîne de valeur, non seulement en termes d'emploi, mais aussi en termes d'accès au savoir, aux technologies et aux ressources de base - en particulier financières - pour faire des affaires. A ces obstacles, s'ajoute le fait que les femmes sont confrontées à un très haut niveau de stigmatisation - un problème universel - leurs projets et leurs idées ne recevant pas le même niveau d'attention que ceux des hommes ou étant tout simplement ignoré en raison du fait qu'ils proviennent d'une femme.

« Les femmes ont des défis à tous les niveaux – traditionnellement, elles connaissent des difficultés à s'instruire et à se former [...] ou sont poussées à envisager des métiers 'plus associés' à leur genre », a expliqué Mme Killmeyer-Oleche, lors de cette discussion.

Cette discrimination est également évidente au regard des fossés existants entre les femmes et les hommes en termes de salaire égal pour travail égal dans de nombreux secteurs à travers le monde.

Faire changer les mentalités

Le panel a souligné que l'une des manières de répondre à ces défis est de réformer les lois et les politiques, en intégrant les dimensions du genre. Un autre domaine d'intérêt est la formation et l'éducation pour que les jeunes femmes et hommes acquièrent les compétences nécessaires pour devenir entrepreneurs et soient capables d'analyser soigneusement les risques.

L'utilisation de technologies et de solutions innovantes, telles que le crowdsourcing ou le financement communautaire, peut aider à surmonter certains défis, en particulier ceux liés à l'accès au financement, ont déclaré de nombreux participants.

Mais, par-dessus tout, les mentalités à travers le monde doivent être changées, ont-ils souligné, notant que le changement de mentalité améliorera automatiquement la situation dans d'autres secteurs.

« Les attitudes changent, mais pas du jour au lendemain [...] il n'est tout simplement pas acceptable de discriminer les femmes », a déclaré Ina Cronje, présidente du Conseil du commerce et de l'investissement du KwaZulu-Natal (Afrique du Sud).

Lors de la deuxième journée du WEIF, la femme d'affaires, présidente et directrice artistique de Jewellery of Egypt, Azza Fahmy, a été désignée comme Femme entrepreneure créative internationale de l'ONUDI.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Le Burkina Faso présente à Genève les mesures prises pour l'épanouissement des femmes rurales

En savoir plus