Plus de 500 Togolais réfugiés au Ghana voisin, selon le HCR

Le siège des Nations Unies à Genève (archives). Photo ONU/Jean-Marc Ferré

27 octobre 2017 – Plus de 500 Togolais ont trouvé refuge au Ghana voisin, fuyant les atteintes aux droits humains dans la région de Mango, dans le nord du Togo, a indiqué vendredi le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

Le HCR travaille avec les autorités du Ghana « pour assister ces Togolais arrivés récemment dans le pays, fuyant les troubles politiques dans leur pays », peut-on lire dans un communiqué de presse de l'agence onusienne.

Jusqu'à présent, ce sont exactement 513 demandeurs d'asile qui ont été enregistrés par les autorités ghanéennes, à leur arrivée dans des régions éloignées du nord-ouest du Ghana, notamment Chereponi, Zabzugu et Bunkprugu-Yunyou.

« Ces personnes originaires du Togo, dont des femmes et des enfants, ont expliqué aux équipes du HCR avoir rejoint le Ghana à pieds depuis leur région de Mango pour fuir des atteintes aux droits de l'Homme », a indiqué un porte-parole du HCR, Babar Baloch, lors d'un point de presse ce vendredi à Genève. Selon l'agence onusienne, la majorité d'entre eux sont hébergés au sein des familles et des communautés locales alors que certains sont dans des centres communautaires.

Une mission conjointe du HCR et de la Commission ghanéenne sur le statut des réfugiés (Ghana Refugee Board) est actuellement en route vers ces zones isolées pour évaluer la situation sur le terrain.

Aux côtés de la Commission ghanéenne sur le statut des réfugiés et de l'Organisation nationale de gestion des catastrophes (NADMO), le HCR continue de surveiller de près la situation et travaille déjà sur un plan d'intervention en cas d'augmentation des arrivées, en prépositionnant des d'articles de secours. Le gouvernement ghanéen, avec les autorités locales et les communautés d'accueil, fournit aux réfugiés une aide humanitaire d'urgence, notamment de la nourriture et des articles non alimentaires, a précisé le porte-parole du HCR.

Par ailleurs, d'autres informations indiquent que près de 30 demandeurs d'asile sont récemment arrivés dans le nord du Bénin. « Il n'est pas encore clair si cela est lié à la situation actuelle au Togo », fait remarquer le HCR.

L'agence onusienne souligne également qu'elle n'a pas encore reçu de rapports faisant état de l'arrivée de réfugiés ou de demandeurs d'asile au Burkina Faso. Dans tous les cas, le HCR travaille avec les autorités de Cotonou et de Ouagadougou sur la préparation aux situations d'urgence, notamment l'élaboration de plans d'urgence en cas d'afflux de réfugiés dans ces pays.


News Tracker: autres dépêches sur la question

L'Assemblée générale élit 15 membres du Conseil des droits de l'homme

En savoir plus