Kenya : l'ONU et l'Union africaine appellent à créer les conditions d'un scrutin présidentiel pacifique

Scène de rue à Nairobi, au Kenya (archives). Photo ONU/Rick Bajornas

23 octobre 2017 – Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, et le Président de la Commission de l'Union africaine, Moussa Faki Mahamat, ont déclaré suivre de près l'évolution de la situation au Kenya, où une élection présidentielle est prévue le 26 octobre suite à l'invalidation du précédent scrutin.

Le 1er septembre 2017, la Cour suprême du Kenya avait invalidé la victoire du Président sortant Uhuru Kenyatta, réélu lors du scrutin du 8 août avec 54,27% des voix contre son adversaire, l'opposant Raila Odinga, et avait ordonné la tenue d'un nouveau scrutin.

Rappelant cette décision de la Cour suprême, le Secrétaire général de l'ONU et le Président de la Commission de l'Union africaine ont exprimé dans un communiqué conjoint publié dimanche soir « l'engagement des Nations Unies et de l'Union africaine à aider le Kenya à assurer un processus crédible et transparent et préserver le processus constitutionnel ».

À cet égard, ils ont appelé « toutes les parties prenantes à coopérer avec la Commission indépendante des élections et des frontières (IEBC), en tant qu'organe mandaté par la Constitution pour organiser les élections ».

MM. Guterres et Mahamat ont exhorté « tous les acteurs politiques, les partis et leurs partisans à créer les conditions d'une élection pacifique et à s'abstenir de tout acte de violence ». « Il est essentiel que toutes les parties concernées travaillent à la préservation du calme et de la paix dans le pays », ont-ils dit.

Ils ont souligné la nécessité pour les services de sécurité kenyans « de faire preuve de retenue, de faire un usage minimal de la force dans l'exercice de leurs fonctions et de respecter les libertés politiques de tous les Kenyans ».


News Tracker: autres dépêches sur la question

Kenya : le chef de l'ONU insiste sur le respect des droits de l'homme pendant le scrutin

En savoir plus