Bangladesh : les agences humanitaires de l'ONU mobilisées pour aider plus d'un demi-million de réfugiés rohingyas

le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés distribue des fournitures d’aide aux familles hindoues rohingyas qui ont trouvé refuge dans le village d’Hindu Par, au Bangladesh. Photo: HCR / Roger Arnold

29 septembre 2017 – Le cap du demi-million de réfugiés rohingyas au Bangadesh a été franchi jeudi, ont annoncé les Nations Unies.

En date du 28 septembre, 501.000 Rohingyas sont arrivés au Bangladesh depuis l'éruption des violences le 25 août dans l'Etat de Rakhine, au Myanmar.

Devant le Conseil de sécurité, le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, avait appelé jeudi à mettre fin à la « tragédie » qui frappe les Rohingyas. Soulignant la nécessité d’une « action rapide », le Secrétaire général avait appelé les membres du Conseil à présenter un front uni et à appuyer les efforts urgents visant à mettre fin à ce qu’il a qualifié de « tragédie ».

Face à cette situation critique, les agences des Nations Unies mobilisent leurs efforts humanitaires pour alléger la souffrance des réfugiés et les capacités d'accueil et de secours des autorités bangladaises.

Ne pas laisser les réfugiés en plein air

Cette semaine, le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a commencé à distribuer des bâches en plastiques et des produits de première nécessité (casseroles, jerrycans, matelas en plastique, lampes solaires, etc…) aux réfugiés qui arrivent au Bangladesh.

L'objectif du HCR est de réduire au maximum le temps passé en plein air par les réfugiés déjà traumatisés et au bord de l'épuisement, après leur dangereux périple.

« Donner aux réfugiés nouvellement arrivés la possibilité de construire leur propre abri, de commencer à cuisiner eux-mêmes et de s'occuper de leurs familles est une première étape importante sur la voie de la guérison », a déclaré vendredi un porte-parole du HCR, Andrej Mahecic, lors d'un point de presse à Genève.

Au sud-est du Bangladesh, un nouveau site de 809 hectares situé à la périphérie du camp déjà existant de Kutupalong voit son organisation améliorée et accueille plusieurs communautés bénéficiaires de l'aide du HCR et des partenaires en appui à l'assistance fournie par les autorités de Dacca.

S'attaquer à la malnutrition des femmes et des enfants

Les réfugiés rohingyas ont marché pendant des jours avant d'arriver au Bangladesh. La santé des femmes et des enfants (environ 60% des réfugiés) est particulièrement fragile. Nombre d'entre eux arrivent affamés au Bangladesh et souffrent de malnutrition.

Selon les experts en nutrition du HCR, près d'un réfugié sur cinq (18%) arrivé au Bangladesh souffre de malnutrition aiguë.

Le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM) a déjà distribué par mesure d'urgence des biscuits énergétiques à plus de 200.000 réfugiés.

A ce jour, 92.000 familles (460.000 réfugiés) bénéficient d'un programme de distribution de riz du PAM. Chaque foyer recevra 25 kilogrammes de riz toutes les deux semaines pendant les six prochains mois.

Le Directeur exécutif du PAM, David Beasley, a entamé aujourd'hui un déplacement de quatre jours au Bangladesh. Il se rendra notamment à Cox's Bazar pour se rendre compte de la situation dans les camps recemment créés ou le PAM fournit son aide.

Empêcher une épidémie de choléra

L'Organisation mondiale pour la santé a annoncé l'acheminement de 900.000 vaccins vers Cox's Bazar pour prévenir une épidémie de choléra. La campagne de vaccination devrait débuter début octobre pour une période de deux semaines, a précisé le bureau de régional l'OMS pour l'Asie du Sud-Est.

« Nous faisons tout notre possible pour prévenir une épidémie, à travers le pré-positionnement de fournitures, la mise en œuvre de la surveillance des maladies et le suivi de la qualité de l'eau », a déclaré le Dr. Navaratnasamy Paranietharan, représentant de l'OMS au Bangladesh. « Une campagne de vaccination aidera à protéger cette population vulnérable contre le choléra ».

Rétablir l'accès à l'éducation et un « sens de normalité »

Répondre à la faim et aux besoins de santé des réfugiés est une priorité. Mais, le sur le moyen et long-terme, rétablir un quotidien normal aux personnes déplacées est tout aussi urgent.

Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) prévoit d'établir plus de 1.300 centres d'enseignements au Bangladesh afin de pouvoir fournir une éducation à 200.000 réfugiés rohingyas d'ici 2018.

« Il est essentiel que ces enfants, qui ont tant souffert dans cette crise, aient accès à l'éducation dans un environnement sûr et propice », a souligné le représentant de l'UNICEF au Bangladesh, Edouard Beigbeder. « C'est essentiel non seulement pour leur fournir un sens de la normalité tant nécessaire maintenant, mais pour qu'ils puissent construire un avenir dans lequel ils peuvent se projeter ».


News Tracker: autres dépêches sur la question

Myanmar : le chef de l'ONU appelle à mettre fin à la tragédie qui frappe les Rohingyas

En savoir plus