La Syrie se dit déterminée, plus que jamais, à éradiquer le terrorisme

Le Ministre syrien des affaires étrangères, Walid Al-Moualem, lors du débat général de l’Assemblée générale des Nations Unies. Photo ONU/Cia Pak

23 septembre 2017 – La Syrie s'est déclarée « déterminée, plus que jamais, à éradiquer le terrorisme » et a annoncé que « la victoire est à (sa) portée », dans un discours prononcé samedi lors du débat général de la 72e session de l'Assemblée générale des Nations Unies.

Elle a aussi blâmé la communauté internationale et nommément accusé la Turquie, Israël, et les Etats-Unis d'ingérence dans le conflit syrien et de violations du droit international.

« La Syrie est déterminée, plus que jamais, à éradiquer le terrorisme de toutes les régions du pays, sans exception », a dit le Ministre syrien des affaires étrangères, Walid Al-Moualem. « L'armée arabe syrienne ainsi que ses forces de soutien et ses alliés accomplissent des succès quotidiens. Ils libèrent des territoires et éliminent les terroristes », a-t-il poursuivi.

Il a cité en exemple « la libération d'Alep et de Palmyre » et « la levée du siège de Deir Ez-zor », des signes qui montrent, selon le ministre, que « la victoire est désormais à portée de vue ».

Il a ensuite sévèrement critiqué la « soi-disant 'coalition internationale' menée par les États-Unis et créée il y a trois ans pour lutter contre des groupes terroristes comme l'EIIL (Etat islamique d'Iraq et du Levant) », l'accusant « d'avoir tué bien plus de Syriens innocents, principalement des femmes et des enfants, que ne l'ont fait les terroristes ». « Elle a détruit des infrastructures vitales que les Syriens ont mis des années à construire », a-t-il déploré.

M. Al-Moualem a accusé aussi la coalition d'avoir utilisé en Syrie des bombes au phosphore, ainsi que d'autres armes interdites par les conventions internationales « sous les yeux du monde entier ». « Nous ne comprenons pas le silence de la communauté internationale face à ces crimes », s'est étonné le Ministre syrien des affaires étrangères, qui a aussi dénoncé « le blocus économique imposé à la Syrie en violation flagrante du droit international ».

Le ministre syrien a reproché à la Turquie de soutenir le terrorisme et d'avoir des « objectifs subversifs en Syrie et dans d'autres pays de la région », en opposition à l'attitude de la Russie et de l'Iran, qu'il juge « constructive et positive ».

M. Al-Moualem a enfin accusé Israël de « soutenir les gangs terroristes takfiri » en leur fournissant des fonds, des armes et des équipements de communication. « Israël a également bombardé des positions de l'armée syrienne pour servir les objectifs des terroristes », a affirmé M. Al Moualem.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Syrie : la Commission d'enquête de l'ONU regrette l'impasse au Conseil de sécurité

En savoir plus