La Centrafrique demande à la communauté internationale de revoir à la hausse les effectifs de la MINUSCA

Le Président de la République centrafricaine, Faustin Archange Touadéra, lors du débat général de l’Assemblée générale des Nations Unis. Photo ONU/Cia Pak

22 septembre 2017 – A la tribune de l'Assemblée générale des Nations Unies, le Président de la République centrafricaine (RCA), Faustin Archange Touadéra, a réaffirmé vendredi sa détermination et celle de son gouvernement à faire réussir les efforts de paix tout en rappelant que l'Etat centrafricain souffre de capacités limitées.

En plus de la faible puissance de riposte de l'Etat face aux violences des groupes armés, le Président centrafricain a regretté que même les effectifs de la Mission multidimensionnelle intégrée de stabilisation des Nations Unies en Centrafrique (MINUSCA) ne soient pas suffisants pour faire face aux défis de protection des populations civiles.

« L'augmentation des périls sécuritaires liés à la violence imposée par les groupes armés recommande que des dispositions soient prises afin de juguler les risques de généralisation de la crise », a déclaré aux Etats membres M. Touadéra.

Le chef d'Etat centrafricain a appelé la communauté internationale à revoir à la hausse les effectifs militaires de la MINUSCA, au vu de l'immensité du territoire. « Je demande aussi que son mandat qui arrive à terme très bientôt soit revu pour qu'elle aide le gouvernement légitime à reprendre le contrôle des zones disposant de ressources naturelles - objets de convoitises de plusieurs groupes incontrôlés », a-t-il dit.

Dans le cadre de la politique de reconstruction nationale, le Programme de relèvement et de consolidation de la paix en Centrafrique (RCPCA), place au centre de ses priorités le Centrafricain en tant qu'être humain, a dit M. Touadéra faisant écho au thème de la 72e session de l'Assemblée générale de l'ONU.

Suite à la Conférence des donateurs de Bruxelles de novembre 2016, le Président centrafricain s'est félicité de la mobilisation sans précédent de la solidarité internationale en faveur de la RCA pour assurer la réalisation de la RCPCA. « Et pour assurer le suivi de la mise en œuvre de ce Plan, nous avons conclu un Accord servant de nouveau cadre d'engagement mutuel entre la République Centrafricaine et la communauté internationale », a dit M. Touadéra qui a présenté cette semaine à New York les avancées enregistrées dans le cadre du RCPCA.

Le Président de la RCA a cependant déploré la violation par certains groupes armés de leur engagement à une cessation immédiate des hostilités sur toute l'étendue du territoire centrafricain. « Mon gouvernement condamne sans réserve ces violences insensées qui continuent d'endeuiller d'innocentes populations civiles », a-t-il dit.

M. Touadéra a également indiqué que son pays œuvre à la reconstruction d'une armée nationale, représentative, professionnelle et républicaine dans le cadre de la réforme du secteur de la sécurité, « s'inspirant d'une Politique nationale de sécurité fondée sur les acquis du consensus politique et prenant compte des menaces sur la sécurité, des valeurs et des principes républicains devant guider l'Etat dans sa mission régalienne de garantir la sécurité pour tous ».

Pour le Président centrafricain, la sortie de crise de son pays impose un engagement clair en faveur de la justice qui assure protection à tous et à chacun dans ses droits. « C'est ainsi que dans le domaine de la justice et des droits de l'homme, nos efforts ont essentiellement porte sur l'opérationnalisation de la Cour pénale spéciale, la formation des gardes pénitentiaires ainsi que l'amélioration de certaines infrastructures judiciaires et pénitentiaires », a -t-il expliqué.

Le chef d'Etat de la RCA a rappelé que son gouvernement accorde à la réconciliation nationale une place de choix, rappelant que lors des Consultations populaires et du Forum de Bangui, les Centrafricains ont mis un point d'honneur à lutter contre l'impunité.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Centrafrique : une réunion ministérielle juge nécessaire la poursuite du soutien de la communauté internationale

En savoir plus