Lutte contre la drogue et le crime : 20 ans après la création de l'ONUDC, des progrès mais beaucoup reste à faire

Le Directeur exécutif de l’ONUDC, Yury Fedotov (archives). Photo ONU/Manuel Elias

14 septembre 2017 – L'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) fête jeudi ses 20 ans d'existence.

Cet organe du Secrétariat des Nations Unies a été créé en 1997 à Vienne, en Autriche, après la fusion du Programme des Nations Unies pour le contrôle international des drogues et de la Division de la prévention du crime et de la justice pénale.

L'ONUDC assure depuis 20 ans une plus grande coopération et une meilleure coordination dans la lutte contre la drogue et la criminalité.

A l'occasion de ce 20e anniversaire, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a félicité l'ONUDC pour son travail et ses efforts visant à relever les défis mondiaux actuels.

« Aider la justice à prendre racine est essentiel pour prévenir les conflits, promouvoir la paix et la sécurité internationales et atteindre les Objectifs de développement durable », a déclaré M. Guterres dans un message vidéo diffusé lors d'un événement spécial marquant les 20 ans de l'Office. « Je suis fier du soutien que l'ONUDC apporte aux pays pour s'attaquer aux problèmes interconnectés de la drogue, du crime organisé, du terrorisme et de la corruption ».

« Le terrorisme, la cybercriminalité, les crypto-monnaies et les réseaux de l'ombre sont les bénéficiaires non intentionnels de la mondialisation », a déclaré le Directeur exécutif de l'ONUDC, Yury Fedotov. « Les groupes transnationaux du crime organisé exploitent les vulnérabilités, les crises et les lacunes en matière d'application, où qu'ils les trouvent, pour élargir leur portée et diversifier leurs activités ».

AUDIO: Boyan Radoykov, chef de la section pour l’accès universel et la préservation de l’information au sein de la division de la société du savoir à l’UNESCO Crédit: UNESCO

S'il a reconnu que la mondialisation a apporté de nombreux avantages positifs, le chef de l'ONUDC a toutefois souligné que la communauté internationale est toujours confrontée à des des problèmes issus d'une mondialisation asymétrique qui a laissé des personnes de côté, compromis la confiance et créé une instabilité. Le Directeur exécutif a mis en garde contre le lien croissant entre la criminalité transnationale organisée et le terrorisme qui a encouragé le trafic de biens culturels et généré des fonds pour les terroristes.

Pour M. Fedotov, les 20 ans de l'ONUDC sont l'occasion de réfléchir aux changements, de reconnaître les défis et de renouveler l'engagement de l'Office à renforcer la coopération future.

Il y a 20 ans, il n'y avait pas de définition globale des crimes aussi graves que la traite des êtres humains, et la corruption n'était pas toujours considérée comme une infraction pénale, a rappelé le Directeur exécutif. « Maintenant, les conventions et les instruments sur la criminalité et la corruption sont ratifiés par presque tous les pays du monde - un cadre flexible permettant une coopération internationale et encourageant le partage de normes », s'est-il félicité.

Mais le chef de l'ONUDC a reconnu que les problèmes restent importants, les menaces de la drogue, de la criminalité, du terrorisme et de la corruption continuant de naître et de changer de nature. « Il reste beaucoup à faire », a-t-il souligné.

Le secteur privé et la société civile ont également été des partenaires importants dans le travail de l'ONUDC, a déclaré M. Fedotov, en particulier dans les domaines de la prévention de la toxicomanie, des initiatives de lutte contre la corruption, de l'éducation et de la promotion du fair-play dans les sports.

Dans le domaine de la santé, M. Fedotov a rappelé que l'ONUDC est un co-soutien actif du Programme commun des Nations Unies sur le VIH/Sida (ONUSIDA). A ce titre, l'Office a été fortement impliqué dans le renforcement de la prévention, du traitement et des soins du VIH pour les usagers de drogues et pour les personnes en prison.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Le Conseil de sécurité adopte une résolution visant à empêcher les terroristes de se procurer des armes

En savoir plus