Corée du Nord : António Guterres rappelle l'importance de l'unité du Conseil de sécurité

Le Conseil de sécurité de l’ONU. Photo ONU/Mark Garten

13 septembre 2017 – Face aux tensions croissantes dans la péninsule coréenne, le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a appelé mercredi les Etats membres de l'ONU à assurer la pleine application des sanctions adoptées lundi par le Conseil de sécurité à l'encontre de la République populaire démocratique de Corée (RPDC).

« Les essais nucléaires et de missiles de la RPDC ont créé une grande instabilité et une tension dans la péninsule coréenne, dans toute la région et au-delà », a rappelé le Secrétaire général lors d'une conférence de presse au siège de l'ONU.

Pour M. Guterres, l'adoption à l'unanimité de cette semaine d'une nouvelle résolution par le Conseil de sécurité envoie un message clair que la Corée du Nord doit pleinement respecter ses obligations internationales, soulignant à cet égard que « l'unité au Conseil de sécurité est essentielle ».

Mais pour le chef de l'ONU, l'unité du Conseil de sécurité crée également une opportunité pour l'engagement diplomatique. « Une opportunité qui doit être saisie », a-t-il souligné.

Pour M Guterres, la solution aux tensions dans la péninsule coréenne ne peut être que politique. « Une action militaire pourrait provoquer des ravages de grande ampleur qui prendraient des générations à surmonter », a-t-il insisté.

Réformes de l'ONU : médiation et parité des sexes

Avant l'ouverture du débat général de l'Assemblée générale, le chef de l'ONU a annoncé à la presse deux nouvelles initiatives pour renforcer le travail de l'Organisation dans le cadre de son programme de réformes : la création d'un nouveau Conseil consultatif de haut niveau sur la médiation et le lancement d'une stratégie de parité des sexes pour les Nations Unies.

« Le Conseil est composé de 18 personnalités internationalement reconnues qui apportent de l'expérience et des compétences, des connaissances approfondies et des contacts importants à cette tâche extrêmement importante », a déclaré le Secrétaire général.

« Je demanderai au Conseil de me conseiller et de soutenir des efforts de médiation spécifiques », a-t-il précisé, se disant convaincu que ses 18 membres pourront aider l'ONU à collaborer plus efficacement avec les organisations régionales, les ONG et d'autres personnes impliquées dans la médiation dans le monde.

Concernant la parité de genre aux Nations Unies, M. Guterres considère que sa « feuille de route répond à un besoin urgent, à un devoir moral, à une nécessité opérationnelle et à une priorité personnelle ».

Désormais terminée, la stratégie vise à atteindre la parité aux niveaux supérieurs d'ici 2021 et, d'une manière générale, d'ici 2028.

« Depuis janvier, plus de la moitié de mes nominations au sein du Groupe de la haute direction ont été des femmes - un total de 17 femmes et 15 hommes jusqu'à présent, y compris les nominations et le renouvellement des mandats », a rappelé le Secrétaire général.

Reconnaissant qu'une grande majorité d'hommes occupent des mandats onusiens, M. Guterres a indiqué que les nouvelles nominations comprendront un pourcentage beaucoup plus élevé de femmes.

« Mais plus que les statistiques, nous devrons changer nos propres attitudes et approches », a-t-il dit. « Nous devons donner l'exemple de l'égalité entre les sexes et l'autonomisation des femmes, qui constitue l'un des plus grands défis et opportunités en matière de droits de l'homme dans notre monde ».


News Tracker: autres dépêches sur la question

Corée du Nord : le Conseil de sécurité adopte de nouvelles sanctions

En savoir plus