Ouganda : face au nombre croissant de réfugiés, la FAO appelle au renforcement de l'aide internationale

Le Directeur général de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), José Graziano da Silva, en Ouganda. Des semences de légumes et de cultures sont fournies aux réfugiés pour qu’ils puissent lancer leur production alimentaire. Photo: FAO / Anita Tibasaaga

30 août 2017 – Le Directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), José Graziano da Silva, a appelé mercredi la communauté internationale à investir davantage dans une intervention durable sur le plan agricole en Ouganda afin que le pays puisse faire face à la crise des réfugiés.

Le Directeur général, qui s'est rendu dans des camps de réfugiés dans le nord de l'Ouganda, a réaffirmé le soutien de la FAO au gouvernement ougandais dans le cadre de sa politique d'asile basée sur des raisons humanitaires. Cette politique implique notamment l'attribution de terres aux réfugiés pour les loger et afin qu'ils puissent s'adonner à des activités agricoles.

« Le système ougandais de gestion des réfugiés est un exemple pour le monde », a déclaré M. Graziano da Silva dans un communiqué. « Il est essentiel que des fonds soient mobilisés pour soutenir ces efforts, de manière à ce que les réfugiés puissent se nourrir plutôt que de compter sur l'aide alimentaire et de manière à ce que les réfugiés et leurs communautés hôtes puissent avoir une véritable occasion de lutter contre la faim et la pauvreté ».

« L'Ouganda ne donne pas seulement de la nourriture mais aussi des terres et de l'espoir », a souligné le chef de la FAO.

La communauté de réfugiés présente en Ouganda est celle qui connait la plus forte croissance dans le monde. Depuis le mois de juillet de l'année dernière, plus d'un million de réfugiés sud-soudanais ont traversé la frontière pour se rendre en Ouganda. Les réfugiés sont surtout des femmes et des jeunes issus des communautés d'agriculteurs et d'éleveurs de bétail.

M. Graziano da Silva s'est rendu dans les deux camps de réfugiés, Agojo et Mungula 1, dans le district d'Adjumani, près de la frontière entre l'Ouganda et le Soudan du Sud. A Agojo, le Directeur général a aidé à distribuer des semences végétales et légumières à plus de 1.000 réfugiés et à des membres des communautés hôtes. Cette aide contribuera à améliorer la nutrition des familles et à générer des revenus grâce à la vente des surplus de production. A Mungula 1, le chef de la FAO a lancé un projet de micro-irrigation qui fournira aux réfugiés et aux communautés hôtes une source d'eau fiable pour leurs cultures et leurs animaux.

Avant de se rendre dans les camps, M. Graziano da Silva a rencontré le Premier ministre ougandais, Ruhakana Rugunda.

« Les personnes ne choisissent pas volontairement de devenir des réfugiés. Nous nous devons d'aider nos frères en leur apportant de l'espoir car il s'agit d'eux aujourd'hui mais la situation pourrait changer demain » a indiqué le Dr Rugunda.

Dans le cadre du nouveau plan de réponse, la FAO intensifie ses efforts afin d'apporter une aide aux moyens d'existence des réfugiés et des communautés hôtes. Le plan se focalise sur la production alimentaire et animale, la nutrition, la protection de l'environnement et l'amélioration du soutien technique au gouvernement.

La visite du Directeur général fait suite à l'appel du Secrétaire général de l'ONU, en juin dernier, qui demandait à la communauté des donateurs de renforcer son aide pour faire face à la crise des réfugiés. De 2017 à 2020, l'Ouganda aura besoin de près de 2 milliards de dollars chaque année en vue de répondre aux besoins des réfugiés. Jusqu'à ce jour, les donateurs se sont engagés à hauteur de 358 millions de dollars.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Plus d'un million de réfugiés sud-soudanais sont en Ouganda, selon le HCR

En savoir plus