Mali : l'ONU condamne des attaques contre la MINUSMA à Douentza et Tombouctou

Des Casques bleus à l’extérieur de Ber, au nord-est de Tombouctou, au Mali. Photo: MINUSMA / Marco Dormino (archive)

15 août 2017 – Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a condamné lundi soir des attaques contre des camps de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) à Douentza et à Tombouctou, au cours desquelles un Casque bleu des Nations Unies, un soldat malien et un gendarme malien ont été tués, ainsi que six contractuels maliens. Plusieurs autres personnes ont été blessées lors de ces attaques.

« Le Secrétaire général souligne que les attaques visant les forces de maintien de la paix des Nations Unies peuvent constituer des crimes de guerre en vertu du droit international », a dit son porte-parole adjoint, Farhan Haq, dans une déclaration à la presse.

M. Guterres a présenté ses condoléances au gouvernement du Mali, ainsi qu'aux familles des victimes. Il a souhaité un prompt rétablissement aux blessés.

« Le Secrétaire général salue les efforts importants du Mali et des autres membres du Groupe des cinq pays du Sahel (G5 Sahel) pour combattre le terrorisme et l'extrémisme violent et promouvoir la paix et le développement dans la région », a ajouté le porte-parole.

La MINUSMA a indiqué que la première attaque a visé des camps de la MINUSMA à Douentza, dans la région de Mopti. Un Casque bleu et un soldat malien ont été tués et un autre Casque bleu blessé lors de cette attaque par des hommes armés non identifiés. Deux assaillants ont été abattus.

La deuxième attaque par des hommes armés non identifiés a visé le quartier-général de la MINUSMA dans la ville de Tombouctou. L'attaque a causé la mort de cinq gardes de sécurité de la MINUSMA, tous de nationalité malienne, d'un membre de la gendarmerie malienne et d'un agent civil contractuel de la MINUSMA. Un garde de sécurité malien et six Casques bleus ont été blessés, dont deux grièvement. Six assaillants ont été abattus lors de la riposte de la MINUSMA à l'attaque.

La MINUSMA a condamné dans les termes les plus vigoureux ces attaques à Douentza et à Tombouctou. Elle a présenté ses condoléances attristées aux familles et aux gouvernements des victimes. La Mission a réitéré sa détermination à continuer de s'acquitter de ses responsabilités « en appui au Mali et à son peuple aux fins de contribuer à l'instauration d'une paix et d'une stabilité pérennes ».

« Il faut conjuguer tous les efforts afin d'identifier et d'appréhender les responsables de ces actes terroristes pour qu'ils répondent de leurs crimes devant la justice », a déclaré le Représentant spécial du Secrétaire général au Mali et chef de la MINUSMA, Mahamat Saleh Saleh Annadif.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a également condamné dans les termes les plus forts l'attaque contre le camp de la MINUSMA à Douentza, qui a causé la mort d'un Casque bleu togolais et en a blessé un autre.

Dans une déclaration à la presse publiée lundi soir, les membres du Conseil de sécurité ont présenté leurs sincères condoléances et leur sympathie à la famille de la victime ainsi qu'au gouvernement du Togo et à la MINUSMA. Ils ont rendu hommage « aux Casques bleus qui risquent leur vie ».

Le Conseil a appelé le gouvernement du Mali à enquêter rapidement sur cette attaque et à traduire les auteurs en justice.

Les membres du Conseil de sécurité se sont dits préoccupés par la situation sécuritaire au Mali. Ils ont exhorté les parties maliennes à mettre pleinement en œuvre l'Accord de paix sans plus tarder. Ils ont noté que « la mise en œuvre intégrale de l'Accord et l'intensification des efforts visant à surmonter les menaces asymétriques peuvent contribuer à améliorer la situation sécuritaire au Mali ».


News Tracker: autres dépêches sur la question

Mali : un Casque bleu et un soldat malien tués lors d'une attaque dans la région de Mopti

En savoir plus