Iraq : le HCR intensifie son soutien humanitaire aux rapatriés de Mossoul

Un garçon se promène devant des maisons endommagées par la guerre dans le quartier d’Al-Resala, dans l’ouest de Mossoul, en Iraq. Photo: HCR / Cengiz Yar

11 août 2017 – L'Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a annoncé vendredi l'intensification de son aide aux familles iraquiennes de Mossoul, notamment auprès des milliers de personnes qui sont récemment retournées dans la ville après avoir fui les combats.

« Les rapatriés de Mossoul ont besoin d'être aidés à tous les niveaux, même si la pénurie de logements est le plus pressant et le plus essentiel des besoins, surtout dans l'ouest de la ville », a déclaré un porte-parole du HCR, Andrej Mahecic, lors d'un point de presse à Genève. « De nombreux quartiers y ont été gravement endommagés, voire totalement détruits, par des mois de combat ».

D'après les agences onusiennes partenaires du HCR, 15 des 54 quartiers résidentiels de l'ouest de Mossoul ont été détruits ou gravement endommagés, 23 autres ont subi des dégâts modérés, tandis que les 16 autres quartiers ne présentent que des dégâts mineurs.

Les mines, les munitions et autres engins non explosés constituent un risque majeur pour les résidents de Mossoul, en tout premier lieu les enfants. « Le HCR se félicite des efforts de déminage engagés par les autorités et le Service de l'ONU pour l'action contre les mines (UNMAS) qui permettent aux déplacés de regagner la ville en sécurité », a déclaré M. Mahecic. « Compte tenu de l'ampleur du problème, les travaux de déminage et d'évacuation des engins explosifs pourraient toutefois durer très longtemps », a—t-il toutefois prévenu.

Des problèmes d'accès aux services de base

Une fois rentrées à Mossoul, les familles ont du mal à accéder aux services élémentaires, car l'eau, l'électricité et le carburant sont difficiles à trouver et très coûteux dans certains quartiers de la ville.

Selon des sources gouvernementales, environ 79.000 personnes seraient déjà rentrées à Mossoul-Ouest, soit un dixième de tous ceux qui ont été contraints de fuir cette partie de la ville. Toujours selon les autorités iraquiennes, plus de 90% des familles (plus de 165.000 personnes) qui avaient fui l'est de Mossoul pendant le conflit y sont maintenant retournées. Par comparaison, l'est de la ville a été considérablement moins endommagé et l'on peut déjà y constater un retour progressif à la vie normale.

En revanche, de nombreuses familles qui avaient quitté les camps pour rentrer à Mossoul sont aujourd'hui de retour dans les camps. Selon les responsables des camps de déplacés internes à l'est de la ville, au moins 200 familles seraient revenues vers les camps du fait des conditions de vie difficiles à Mossoul. Parmi les raisons invoquées figurent le manque de logements, la cherté des loyers, la pénurie de moyens d'existence et l'accès limité aux services de base tels que l'eau et l'électricité.

« Il faut des conditions propices sur le terrain pour que les rapatriements s'effectuent en toute sécurité et durablement », a souligné M. Mahecic. « Nous insistons sur le fait que le rapatriement des personnes déplacées doit être volontaire, soigneusement planifié et réalisé dans le respect des principes humanitaires internationaux ».

Distribution de kits d'urgence et d'allocation en espèces

Depuis la fin des opérations militaires à Mossoul-Ouest en juillet, le HCR a distribué des kits d'abris d'urgence à plus de 3.200 familles dans les quartiers est et ouest de la ville et a également fourni des allocations en espèces à certaines familles déplacées parmi les plus vulnérables.

En outre, de très nombreux déplacés internes et rapatriés sont sans documents d'État civil essentiels. Le HCR et ses partenaires fournissent une aide juridique et un appui aux autorités locales qui n'ont pas les effectifs et les ressources suffisantes pour réémettre des papiers d'identité et des documents d'État civil aux familles déplacées vivant dans les camps, notamment des certificats de naissance et de mariage.

« Compte tenu de l'ampleur des destructions à Mossoul, surtout dans l'ouest de la ville, les besoins humanitaires ne sont pas prêts de décroître », a souligné le porte-parole.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Iraq : l'investissement dans les soins de santé est urgent pour sauver la vie des mères et des nouveau-nés, selon l'ONU

En savoir plus