Iraq : l'investissement dans les soins de santé est urgent pour sauver la vie des mères et des nouveau-nés, selon l'ONU

Des agents de santé soutenus par l’UNICEF et la Direction de la Santé rendent visite à un nouveau-né et à sa mère dans leur refuge situé dans le camp pour déplacés de Debaga dans le gouvernorat d’Erbil, région du Kurdistan d’Iraq (septembre 2016). Photo: UNICEF / UN032140 / Mackenzie

10 août 2017 – Des décennies de conflit et de sous-investissement ont pesé énormément sur le système de santé iraquien, et les femmes enceintes et leurs bébés le paient avec leur vie, a souligné la Mission des Nations Unies en Iraq (MANUI).

Bien que des progrès aient été réalisés pour abaisser les taux de mortalité maternelle, la baisse des taux de mortalité des enfants de moins de cinq ans n'a progressé que lentement. Les nouveau-nés sont particulièrement vulnérables en raison de soins inadéquats à la naissance, en particulier dans les régions éloignées.

L'allaitement maternel, la réanimation néonatale, les soins pour les bébés prématurés et la prévention et le traitement des infections aideront à prévenir ces décès chez les nourrissons.

Avec le soutien du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), le Ministère iraquien de la santé a lancé un Plan d'action pour tous les nouveau-nés (ENAP), qui a été élaboré conjointement avec l'UNICEF, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP). L'ENAP a pour objectif d'améliorer la qualité des soins maternels et néonatals.

« Fournir des soins de haute qualité avant et après la naissance, non seulement sauve des vies, mais représente aussi un investissement pour s'assurer que les enfants iraquiens démarrent leur vie le mieux possible », a déclaré Peter Hawkins, Représentant de l'UNICEF en Iraq.

« L'OMS et d'autres partenaires travailleront à soutenir le gouvernement iraquien par le biais du Ministère de la santé afin d'assurer une couverture sanitaire universelle équitable, y compris la fourniture de services complets pour chaque femme et nouveau-né en Iraq afin de contribuer à la réduction substantielle des maladies maternelles et néonatales », a déclaré Musani Altaf, Représentant de l'OMS en Iraq.

Le Représentant de l'UNFPA en Iraq, Ramanathan Balakrishnan, s'est quant à lui déclaré fier d'avoir participé à la formulation du Plan d'action pour les nouveau-nés, rappelant que « la mortalité néonatale contribue de manière significative à la mortalité infantile en Iraq ».


News Tracker: autres dépêches sur la question

Iraq : le HCR accroît son assistance aux familles vivant à Mossoul

En savoir plus