Niger : l'OIM est venu au secours de 1.000 migrants dans le désert du Sahara depuis avril

23 migrants gambiens et sénégalais abandonnés par leurs conducteurs, ont été secourus par l’OIM et la Protection civile nigérienne. Photo: OIM 2017

8 août 2017 – Un total de 1.000 migrants a été secouru depuis avril de cette année dans les zones désertiques, au nord du Niger, par des équipes de l'Organisation internationale des migrations (OIM).

Du 19 au 25 juillet, l'OIM a mené une mission d'évaluation des itinéraires migratoires dans le désert du Ténéré et la région qui frontalière entre le Niger et la Libye. Le but de la mission était de mieux comprendre comment aider les migrants en détresse sur cette route et renforcer la capacité du gouvernement du Niger à gérer les migrations, a expliqué l'agence onusienne dans un communiqué de presse.

L'OIM, en collaboration avec le Département de la protection civile du Niger (DCP), a couvert plus de 1.400 km à la fin du mois de juillet dans la partie nord du pays pour étudier les flux et les routes migratoires tout en sauvant plus de 150 migrants en détresse.

Les opérations de secours font partie intégrante du projet MIRAA (Migrants Rescue and Assistance in Agadez Region), financé par le gouvernement des Pays-Bas, et qui est complémentaire de l'initiative plus large, le Mécanisme de ressources et d'intervention pour les migrants (MRRM), développé par l'OIM Niger et financé par l'Union européenne.

Depuis janvier, on a observé l'entrée de plus de 60.000 personnes au Niger, dont seulement la moitié a été comptabilisée comme quittant le pays à travers les deux points de suivi à Séguedine et Arlit. Par rapport à l'année précédente, il y a beaucoup moins de migrants déclarés à la fois entrants et sortants.

« J'ai été choqué quand, pas loin de la frontière entre le Niger et la Libye, à Toummo, nous avons rencontré un grand groupe de femmes, principalement du Nigéria et du Ghana, dans un hangar sombre assez proche du poste frontalier, qui attendaient leur prochain passage vers le nord », a déclaré Alberto Preato, responsable du programme MRRM de l'OIM Niger.

« Nous devons mieux comprendre comment les réseaux de trafic et de contrebande sont connectés et accroître notre présence dans ces zones éloignées afin de fournir de l'information, de l'assistance et des alternatives aux migrants qui en ont besoin », a ajouté M. Preato.

Au cours d'une des dernières missions de secours menées en coopération avec la protection civile nigérienne, le personnel de l'OIM a sauvé 23 migrants gambiens et sénégalais qui avaient été abandonnés par leurs conducteurs, dont une fillette âgée de 7 ans.

L'OIM a pour objectif non seulement de continuer à fournir une assistance vitale aux migrants en détresse, mais aussi à soutenir les initiatives communautaires le long des routes migratoires dans le nord du Niger.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Au Niger, l'OIM sauve 600 migrants dans le désert du Sahara, mais 52 autres sont morts

En savoir plus