Syrie : la Commission d'enquête de l'ONU entend poursuivre son travail en faveur des victimes du conflit

Le Président de la Commission d’enquête indépendante sur la Syrie Paulo Pinheiro (à droite) et Carla del Ponte, membre de la Commission (archives). Photo ONU / Violaine Martin

7 août 2017 – La Commission d’enquête de l’ONU sur la Syrie a indiqué dimanche avoir été prévenue « à la mi-juin » par Carla Del Ponte de son intention de démissionner de l’organe créé par le Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

Ancienne Procureure des Tribunaux pénaux internationaux pour l’ex-Yougoslavie et le Rwanda, Mme Del Ponte a annoncé dimanche dans les médias qu’elle allait prochainement quitter la Commission d’enquête qu’elle avait rejointe en septembre 2012. Elle a toutefois précisé qu’elle participerait encore à la session du Conseil des droits de l’homme en septembre à Genève avant de s’en aller.

« Le Secrétaire général prend note avec regret de sa décision de démissionner de la Commission d’enquête de la Syrie », a déclaré lundi son porte-parole Stéphane Dujarric dans un point de presse.

« Alors que la communauté internationale continue de rechercher une solution politique à la crise syrienne, le Secrétaire général réitère l’importance de la responsabilité des crimes contre les civils pendant le conflit. À cet égard, il soutient le travail continu de la Commission en tant que partie importante et intégrante du processus d’établissement des responsabilités », a-t-il ajouté.

Dans un communiqué publié dimanche, la Commission d’enquête sur la Syrie a souligné que son travail devait se poursuivre. « Il est de notre devoir de persister au nom des innombrables Syriens qui sont victimes des pires violations des droits de l’homme et crimes internationaux que l’humanité ait connus. De tels efforts sont plus nécessaires que jamais», a déclaré la Commission.

« Au fur et à mesure que le conflit syrien se prolonge, le travail de la Commission doit se poursuivre pour s’acquitter de son mandat en enquêtant sur toutes les violations des droits humains commises dans le conflit armé, et dans la mesure du possible, pour identifier les auteurs présumés afin d’appuyer les efforts visant à traduire les responsables en justice », a-t-elle fait remarquer.

AUDIO: Cédric Sapey, porte-parole au Secrétariat du Conseil des droits de l’homme de l’ONU. Crédit: ONU/Jean-Marc Ferré.

La Commission d’enquête a salué la « contribution » et les « efforts personnels » de Mme Del Ponte. Le Secrétaire général a également exprimé sa reconnaissance à Mme Del Ponte pour son service et sa contribution au travail important de la Commission en tant que défenseuse infatigable de la cause de la responsabilité tout au long de sa carrière. Deux commissaires restent encore au sein de la Commission, Karen Koning AbuZayd et Paulo Sergio Pinheiro qui la préside.

La Commission d’enquête indépendante de l’ONU a été créée en août 2011 par le Conseil des droits de l’homme, quelques mois après le début du conflit syrien. La Commission a déjà rendu plusieurs rapports, mais n’a jamais été autorisée par Damas à se rendre en Syrie.


News Tracker: autres dépêches sur la question

La Commission d'enquête sur la Syrie appelle à reconnaître le génocide commis par l'EIIL contre les Yézidis

En savoir plus