Le Conseil de sécurité renforce ses sanctions contre la Corée du Nord après ses derniers tirs de missiles

Plan large sur le Conseil de sécurité lors d’une réunion sur la situation des droits de l’homme en République populaire démocratique de Corée (RPDC). (archive) Photo: ONU / Rick Bajornas

5 août 2017 – En réponse aux derniers tirs de missiles balistiques réalisés par la Corée du Nord, le Conseil de sécurité a adopté samedi à l'unanimité une résolution décidant le renforcement des sanctions à l'encontre des exportations nord-coréennes.

Dans une résolution proposée par les Etats-Unis, le Conseil a condamné « avec la plus grande fermeté » les essais de missiles balistiques effectués les 3 et 28 juillet 2017 par la République populaire démocratique de Corée (RPDC).

Le Conseil rappelle que ces tirs de missiles, que Pyongyang a présenté comme étant de porté intercontinentale et pour lesquels elle a recouru a la technologie des missiles balistiques, sont « en violation et au mépris flagrant de ses résolutions sur la question ».

Le Conseil a réaffirmé ses précédentes résolutions selon lesquelles la RPDC ne procèdera à aucun nouveau tir recourant à la technologie des missiles balistiques ou essai nucléaire et s'abstiendra de toute autre provocation.

Le renforcement des sanctions décidées par le Conseil dans sa résolution 2371 (2017) se traduit par un embargo complet sur les exportations nord-coréennes de charbon, de fer, de minerais de fer, de plomb, de minerai de plomb et de produits de la mer.

Dans sa résolution, le Conseil a également décidé le gel des avoirs de quatre entités nord-coréennes dont la Foreign Trade Bank de la RPDC. Neuf individus nord-coréens ont été ajoutés sur une liste de personnes interdites de voyager et voient aussi leurs avoirs gelés.

La résolution interdit également aux Etats d'augmenter le nombre de permis de travail accordés aux ressortissants nord-coréens, le Conseil constatant avec préoccupation que ces derniers travaillent fréquemment à l'étranger pour produire des recettes à l'exportation dont Pyongyang se sert pour financer ses programmes nucléaires ou de missiles balistiques interdits.

Les 15 ont également interdit aux Etats la création, par leurs nationaux ou sur leur territoire, de coentreprises ou de coopératives avec des personnes ou des entités nord-coréennes ainsi que l'expansion des coentreprises existantes au moyen de nouveaux investissements.

Le Conseil demande aux Etats membres de l'ONU de lui faire rapport dans les 90 jours des mesures concrètes qu'ils auront prises pour appliquer effectivement ses dispositions.

Sur le plan politique, le Conseil appelle à la reprise des pourparlers à six et réaffirme son soutien aux engagements énoncés dans la Déclaration commune du 19 septembre 2005 publiée par la Chine, les Etats-Unis, la Russie, le Japon, la Corée du Sud et la Corée du Nord.

Ces engagements comprennent notamment la dénucléarisation vérifiable de la péninsule coréenne par des moyens pacifiques et le fait que Washington et Pyongyang se sont engagés à respecter leur souveraineté respective et à coexister pacifiquement.


News Tracker: autres dépêches sur la question

L'ONU condamne un nouveau tir de missile balistique par la Corée du Nord

En savoir plus