Soudan du Sud : le chef du maintien de la paix de l'ONU attend plus de coopération de la part du gouvernement

Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies pour les opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix, (à gauche) et le Président du Soudan du Sud, Salva Kiir. (À droite) Photo: MINUSS

2 août 2017 – Lors d'une « très bonne » rencontre avec le Président sud-soudanais, Salva Kiir, le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de maintien de la paix, Jean-Pierre Lacroix, a réaffirmé mercredi la nécessité d'une coopération gouvernementale pour assurer la fin des hostilités au Soudan du Sud.

L'entretien du Secrétaire général adjoint avec le Président sud-soudanais a porté sur le processus de paix, l'initiative du groupe régional IGAD (Autorité intergouvernementale sur le développement) en faveur de la revitalisation de l'accord de paix, le Dialogue national, le déploiement de la Force de protection régionale et la situation humanitaire.

« Je pense qu'il y a eu une convergence. Il est bon que les pays de l'IGAD soient davantage engagés dans l'appui au Soudan du Sud et à son peuple », a dit M. Lacroix dans une déclaration à la presse publiée à l'issue de sa rencontre après le Président Kiir au quartier général militaire de l'Armée populaire de libération du Soudan du Sud (APLS) à Bilpha. « Nous avons également eu une discussion sur le rôle que joue l'Ouganda dans la réunification de l'APLS, qui est également une initiative qui peut aider », a-t-il ajouté, rappelant que toutes les initiatives visant à rassembler les groupes et les dirigeants sont évidemment très importantes.

« Le Président a également mentionné le Dialogue national et les efforts qui ont été faits et qui sont complémentaires de ces efforts », a précisé le haut responsable onusien. « Nous attendons évidemment que tous ces processus avancent vers la paix et la stabilité dans ce pays ».

Du point de vue de la sécurité, M. Lacroix a également souligné la nécessité de renforcer le cessez-le-feu, affirmant que les forces gouvernementales et les groupes d'opposition armés doivent le respecter. « Il est évident que le cessez-le-feu ne tient évidemment pas partout », a déploré le Secrétaire général adjoint. « Le Président a expliqué ses points de vue sur cette situation. Nous espérons que les combats finiront par diminuer et que la paix reviendra dans les zones touchées ».

MM. Lacroix et Kiir ont également discuté du déploiement de la Force de protection régionale (FPR). « J'ai exprimé ma satisfaction sur ce déploiement. Cela a pris du temps, mais nous voyons enfin des unités arriver à Juba », a dit le Secrétaire général adjoint, soulignant que le déploiement de la FPR est « un travail d'équipe » et que le déploiement de nombreuses unités constitue toujours une lourde entreprise dont la responsabilité appartient à la fois à l'ONU, aux pays contributeurs de troupes et au gouvernement hôte. « Nous sommes heureux des progrès réalisés récemment et nous attendons avec impatience une coopération plus poussée à cet égard », a dit M. Lacroix.

Le Secrétaire général adjoint a de nouveau souligné que la situation humanitaire au Soudan du Sud demeure préoccupante. « L'ONU fait vraiment de son mieux pour aider la population d'une manière impartiale – pour aider toute la population », rendant hommage à la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) pour l'excellent travail qu'elle accomplit ainsi qu'aux acteurs humanitaires, aux agences onusiennes et à leurs partenaires. « J'ai hâte de poursuivre la coopération avec le gouvernement du Soudan du Sud. C'est leur pays et nous sommes là pour aider ».


News Tracker: autres dépêches sur la question

Au Soudan du Sud, le chef du maintien de la paix de l'ONU prévient que le processus de paix ne peut pas réussir si les combats continuent

En savoir plus