Jérusalem-Est : l'envoyé de l'ONU appelle au respect du statu quo

Nickolay Mladenov, le Coordonnateur spécial de l’ONU pour le processus de paix au Moyen-Orient devant le Conseil de sécurité. Photo ONU/Manuel Elias

25 juillet 2017 – Face à l'escalade récente de la violence à Jérusalem-Est, suite notamment à l'installation par Israël de portiques de sécurité à l'entrée de l'esplanade des Mosquées, le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, Nickolay Mladenov, a appelé mardi à respecter le statu quo de 1967 concernant les lieux saint de la vieille ville, pour éviter que le conflit israélo-palestinien ne tourne à la « guerre de religions ».

Au début du débat public du Conseil de sécurité sur la situation au Moyen-Orient, M. Mladenov a résumé les évènements survenus ces 11 derniers jours, suite à l'assassinat, le 14 juillet, de deux policiers israéliens par trois assaillants à l'entrée de l'esplanade des Mosquées.

Invoquant des raisons de sécurité, a-t-il expliqué, Israël a procédé à la fermeture du site, y compris pendant la prière du vendredi, ce qui ne s'était pas produit depuis 1969. Les autorités israéliennes ont rouvert le site deux jours plus tard, a-t-il poursuivi, après avoir installé des détecteurs de métaux, sous forme de portiques, à l'entrée.

Des manifestations pacifiques de Musulmans pour protester contre cette décision et des heurts avec la police israélienne ont eu lieu pendant plusieurs jours, à la suite de quoi les autorités israéliennes ont décidé de fermer l'esplanade des Mosquées aux hommes musulmans de moins de 50 ans. Cette décision a entrainé des manifestations meurtrières sur le site, ainsi que l'annonce, le 21 juillet, par le Président palestinien Mahmoud Abbas, qu'il rompait tout lien avec Israël jusqu'à nouvel ordre, y compris concernant la coordination en matière de sécurité.

Suite à l'annonce, lundi soir, par les autorités israéliennes, du retrait des détecteurs de métaux à l'entrée de l'esplanade des Mosquées, M. Mladenov a toutefois espéré que cette décision contribue à dissiper la crise au cours des prochains jours et a appelé au calme dans Jérusalem-Est.

« Il est vital de maintenir le statu quo concernant les lieux saint de Jérusalem-Est, établie depuis 1967 », a-t-il appelé, notamment pour éviter les risques d'escalade du conflit israélo-palestinien en guerre de religion.

Le Coordinateur spécial s'est toutefois dit préoccupé par « certaines factions » qui continuent de « jeter de l'huile sur le feu » et les a appelées à mettre fin à ses provocations. Il a aussi exhorté le Conseil de sécurité et la communauté internationale à tout faire pour relancer la solution à deux Etats.

La situation fragile à « Jérusalem-Est occupée » s'est enflammée parce qu'Israël, puissance occupante, poursuit son « agenda destructif » contre le peuple palestinien et « nos sites sacrés », a quant à lui estimé l'observateur de la Palestine, fustigeant « les comportements agressifs et violations provocantes du statu quo historique » sur à Jérusalem-Est, qui exacerbent les « sensibilités religieuses. « Nous n'accepterons jamais ces restrictions », a-t-il mis en garde.

Les Palestiniens ne cherchent, avec l'affaire du mont du Temple, qu'à « détourner l'attention de la vérité », a dit le représentant israélien. Il n'y a « rien de plus faux » que de prétendre qu'Israël cherche à modifier le statu quo du mont du Temple, a-t-il ajouté, affirmant que bien au contraire, la priorité d'Israël était d'assurer la sécurité des fidèles et des visiteurs sur le site.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Jérusalem : les violences sont incompatibles avec la résolution pacifique du conflit israélo-palestinien (Quartet)

En savoir plus