La numéro deux de l'ONU souligne qu'il n'y aura pas de développement durable sans un investissement dans les femmes

La Vice-secrétaire générale de l’ONU Amina Mohammed (2e à gauche), avec la Directrice d’ONU Femmes Phumzile Mlambo-Ngcuka, la Représentante spéciale du Secrétaire général sur la violence sexuelle dans les conflits, Pramila Patten, et la Ministre des affaires féminines et du développement social du Nigéria, Aisha Alhassan, à Abuja. Photo Lulu G.

20 juillet 2017 – Atteindre les ambitieux Objectifs de développement durable (ODD) ne sera pas possible sans investir davantage dans les femmes. C'est le message porté par la Vice-Secrétaire générale de l'ONU, Amina Mohammed, qui dirige une délégation de haut niveau en déplacement au Nigéria puis en République démocratique du Congo (RDC).

Lors de ce déplacement en Afrique de l'Ouest et centrale, Mme Mohammed est accompagnée de la Directrice exécutive d'ONU Femmes, Phumzile Mlambo-Ngcuka, de la Représentante spéciale des Nations Unies pour la violence sexuelle dans les conflits, Pramila Patten, et de l'Envoyée spéciale de l'Union africaine sur les femmes, la paix et la sécurité, Bineta Diop,

A Abuja, la capitale du Nigéria, la numéro deux du Secrétariat de l'ONU a déclaré jeudi qu'elle et ses collègues étaient venus discuter de questions de paix, de sécurité et de développement, en mettant l'accent sur les droits et l'autonomisation des femmes.

« Nous savons que de l'économie à la stabilité et à la paix, nous ne sommes pas en mesure d'atteindre nos objectifs si nous investissons seulement dans la moitié de la population », a prévenu Mme Mohammed. « La ressource humaine est un atout majeur d'une nation et d'un continent. Les femmes en représentent souvent la moitié. Mais elles manquent des investissements dont nous avons besoin ».

Mme Mohammed a déclaré que la démarche du développement durable était devenue plus complexe ces dernières années, et bien que des ODD tels que la fin de l'extrême pauvreté et l'éducation soient importants, de nouveaux facteurs doivent être pris en compte.

« Le contexte dans lequel nous vivons est celui du conflit, de l'extrémisme, dans de nombreux pays, et en particulier au Nigéria », a déclaré la Vice-Secrétaire générale. « Donc, ici, ce que nous voulons vraiment faire, c'est d'entendre et d'apporter les messages des femmes : les femmes dans la prise de décision, les femmes qui supportent le poids de nombreuses tragédies que nous voyons, de voir comment sortir de là, comment nous pouvons être un partenaire constructif pour trouver des solutions au développement durable ».

Mme Mohammed a souligné que les droits et le rôle des femmes représentent « une grande partie de notre développement économique ».


News Tracker: autres dépêches sur la question

Les pays les moins avancés font face à des défis pour financer leur développement durable, selon l'ONU

En savoir plus