Myanmar : une experte de l'ONU demande au gouvernement de faire davantage pour protéger les droits de tous les enfants

Des réfugiés Rohingya, déplacés par la violence au Myanmar, dans un camp à Coxs Bazar, au Bangladesh. (archives) Photo HCR/Saiful Huq Omi

19 juin 2017 – Une experte des droits de l'homme des Nations Unies a exhorté le gouvernement du Myanmar à faire davantage pour protéger les enfants, citant des cas de détention, de mariages précoces et de travail des enfants.

« Je suis prête à apporter mon aide pour que les droits et les libertés fondamentales de tous soient respectés et pleinement réalisés au Myanmar », a déclaré la Rapporteuse spéciale sur les droits de l'homme au Myanmar, Yanghee Lee, dans un discours la semaine dernière devant le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies à Genève.

Elle a rappelé au gouvernement que son obligation de protéger les enfants s'étend à tous les enfants, y compris ceux de la minorité Rohingya dans l'Etat de Rakhine.

Mme Lee a exprimé sa préoccupation concernant le fait qu'au moins 13 enfants ont été détenus par la police à Rakhine, en soulignant que les enfants ne devraient être détenus « strictement qu'en dernier recours ».

Elle a également appelé à une enquête immédiate du gouvernement sur la mort en détention d'un des 13 enfants détenus, pour en déterminer les circonstances, y compris la raison pour laquelle ce décès n'a pas été signalé pendant quatre mois.

Mme Lee s'est dite aussi préoccupée par la situation des enfants Rohingyas qui ont fui le Myanmar, en particulier la récente augmentation du nombre de mariages précoces chez les filles qui ont fui le pays et vivent aujourd'hui dans les pays voisins.

Par ailleurs, l'experte s'est dite choquée par le cas récent d'une jeune fille travaillant comme domestique et qui a été victime d'abus par ses employeurs.

Sur une note plus positive, Mme Lee a félicité le Myanmar pour avoir atteint un rang intermédiaire dans l'indice de développement humain.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Myanmar : l'UNICEF appelle à un meilleur accès humanitaire auprès de millions d'enfants affectés par la violence

En savoir plus