Grèce : le HCR réclame une coopération plus forte pour répondre durablement aux besoins des réfugiés

Attendant de quitter en ferry Lesbos, une famille de réfugiés syriens est transférée dans un camp à Larissa, dans le cadre des efforts déployés par le HCR pour transférer les demandeurs d’asile vulnérables des îles vers la Grèce continentale, où les conditions de vie sont meilleures (archives). Photo HCR/Achilleas Zavallis

27 mars 2017 – Des efforts conjoints et une coopération renforcée sont indispensables pour améliorer la situation des demandeurs d'asile et des réfugiés en Grèce, a déclaré lundi le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

« Le HCR s'emploie à trouver des solutions durables en Grèce, en collaboration avec les autorités responsables et l'Union européenne. J'espère sincèrement que les prochains mois permettront d'obtenir de nouvelles améliorations », a déclaré le Haut-Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, Filippo Grandi.

« La situation en Grèce peut être gérée. Il faut passer de l'intervention d'urgence actuelle à un système durable, où les demandeurs d'asile et les réfugiés ont accès aux soins et à l'assistance dont ils ont besoin », a-t-il dit. « Mais pour y parvenir, un engagement ferme est nécessaire de tous les côtés ».

Selon le Haut-Commissaire, l'amélioration des conditions d'accueil est une priorité. Cela demande au gouvernement grec d'offrir davantage de possibilités d'hébergement dans les zones urbaines, tels que des appartements, d'améliorer certains sites de réfugiés gérés par le gouvernement et de fermer rapidement tous les sites inadaptés.

Les progrès en matière de conditions d'accueil contribueront également à prévenir et à combattre la violence sexuelle, à laquelle de nombreux demandeurs d'asile vulnérables, notamment des femmes et des enfants, sont exposés sur les sites.

Au cours des derniers mois, le HCR a aidé le gouvernement grec à trouver des alternatives pour un certain nombre de sites qui n'étaient pas adaptés.

Le HCR appelle également à une plus grande attention aux besoins spécifiques des enfants non accompagnés et séparés. Des capacités supplémentaires sont nécessaires pour s'assurer qu'ils reçoivent un soutien et des soins spécialisés.

Il faut accorder plus d'attention à la longueur et à la qualité des procédures d'asile et des conditions d'accueil, a déclaré le Haut-Commissaire. « Cela permettra des transferts plus importants et plus rapides vers le continent et cela empêchera les sites des îles de connaître de nouveau les conditions désastreuses et le surpeuplement dont nous avons été témoins ces derniers mois », a-t-il ajouté.

Le HCR a également insisté sur la nécessité de renvoyer dans la dignité dans leur pays d'origine les personnes considérées comme n'ayant pas besoin d'une protection internationale.

L'agence onusienne a aussi réclamé davantage de possibilités pour faciliter l'intégration des réfugiés. « Le moment est venu d'investir dans l'autosuffisance des demandeurs d'asile et l'intégration locale des réfugiés en Grèce, afin qu'ils puissent mieux contribuer à leur société d'accueil », a déclaré M. Grandi.

Selon lui, il faudrait qu'un plus grand nombre d'enfants réfugiés puissent fréquenter les écoles et tous les réfugiés devraient avoir un meilleur accès aux services sociaux, aux cours de langue et d'orientation, à la formation professionnelle et aux programmes de recherche d'emploi.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Europe : Plus de 14.000 demandeurs d'asile ont été réinstallés depuis la Grèce et l'Italie, selon l'OIM

En savoir plus