L'ONU réclame la parité au sein du Comité des droits des personnes handicapées

Kate Gilmore, Haut-Commissaire adjointe des Nations Unies aux droits de l’homme. Photo ONU/Jean-Marc Ferré

20 mars 2017 – La Haut-Commissaire adjointe des Nations Unies aux droits de l'homme, Kate Gilmore, a estimé lundi que l'élection d'une seule femme par les Etats membres pour servir au sein du Comité des droits des personnes handicapées était « fondamentalement inappropriée ».

Mme Gilmore s'exprimait à l'ouverture de la 17ème session de ce comité, à Genève. Le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a fait de la parité et de la représentation égale des femmes un élément central de son mandat.

La Haut-Commissaire adjointe a exhorté les États membres à « rectifier cette situation inacceptable » lors des prochaines élections au Comité des droits des personnes handicapées, dont la session actuelle se poursuivra jusqu'au 12 avril.

Ce comité est un organe composé d'experts indépendants qui surveille l'application de la Convention sur les droits des personnes handicapées par les États parties. Il se réunit deux fois par an à Genève et est composé de 18 experts qui siègent à titre individuel et non à titre de représentants de gouvernements. Ces experts sont élus sur une liste de personnes désignées par les États pour un mandat de quatre ans, avec possibilité d'être réélus une seule fois.

Selon la Haut-Commissaire adjointe, bien que les États membres soient responsables du manque de représentation des femmes au sein du comité, il y a beaucoup à faire au sein de ce comité.

« Nous vous demandons instamment de veiller à tenir compte de l'égalité des sexes dans votre ordre du jour cette année et nous vous exhortons à veiller à ce que la voix et l'expérience des filles et des femmes résonnent lors de vos délibérations », a-t-elle dit.

Mme Gilmore s'est félicitée que la Convention sur les droits des personnes handicapées compte désormais 172 parties et soit « sur la voie de la ratification universelle ».


News Tracker: autres dépêches sur la question

« Faites du bruit » pour un monde sans discrimination, déclare l'ONUSIDA

En savoir plus