Europe : Plus de 14.000 demandeurs d'asile ont été réinstallés depuis la Grèce et l'Italie, selon l'OIM

Une famille réinstallée depuis la Grèce vers le Portugal en février 2017. Photo: OIM 2017

17 mars 2017 – Les pays de l'Union européenne (UE) ont accueilli plus de 14.000 demandeurs d'asile en provenance de Grèce et d'Italie depuis octobre 2015, a annoncé vendredi l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) qui encouragent les États membres de l'UE à respecter leurs engagements.

« Non seulement la réinstallation témoigne de la coopération, de la solidarité et d'une véritable Union, mais elle fait également une grande différence pour chacun des près de 14.500 personnes qui ont été réinstallées depuis la Grèce et l'Italie pour commencer de nouvelles vies dans d'autres États membres de l'UE », a déclaré la Directrice adjointe de l'OIM, Laura Thompson dans un communiqué.

La majorité des bénéficiaires de ce programme de réinstallation sont Syriens (81%) et Iraquiens (14%). L'Allemagne (3.093 personnes), la France (2.764 personnes) et les Pays-Bas (1 486 personnes) ont reçu le plus grand nombre de demandeurs d'asile à ce jour dans le cadre de ce programme. La Finlande et Malte ont également accepté un grand nombre de demandeurs d'asile. Environ 207 enfants migrants non accompagnés ont été acceptés par les autorités finlandaises, a souligné l'OIM.

Le programme de réinstallation est mis en œuvre par l'OIM en étroite coopération avec les autorités grecques et italiennes et d'autres agences, et avec le soutien continu de la Commission européenne, des États membres de l'UE et des États associés, ainsi que d'autres partenaires.

Pour aider les gens à s'intégrer dans leurs nouvelles communautés, l'OIM organise des séances d'orientation et d'accueil avant et après l'arrivée, en fournissant des informations sur les droits et obligations des individus. L'agence des Nations Unies pour les migrations apporte également un soutien et des soins complémentaires aux enfants migrants non accompagnés, aux femmes enceintes, aux nouveau-nés et aux migrants ayant des besoins médicaux particuliers, à travers par exemple un accompagnement pendant le voyage ou la mise à disposition d'interprètes.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Un an après la Déclaration UE-Turquie, l'UNICEF souligne le coût humain de plus en plus élevé subi par les enfants réfugiés et migrants

En savoir plus