Un projet de transfert d'argent de l'UNICEF et de l'UE vise à scolariser 230.000 enfants réfugiés en Turquie

16 janvier 2017: une jeune fille dans une classe de langue turque dans le camp de réfugiés Nizip 1, à Gaziantep, dans le sud de la Turquie. Le camp de Nizip 1 abrite plus de 10.000 réfugiés syriens, dont plus de 5.000 enfants. Photo: UNICEF/Can Remzi Ergen

17 mars 2017 – L'Union européenne (UE) et le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) ont lancé jeudi un important projet de transfert de fonds visant à accroître le nombre d'enfants réfugiés scolarisés en Turquie.

« L'éducation dans les situations d'urgence est une des principales priorités de l'UE. Notre devoir moral est de sauver cette génération d'enfants réfugiés et d'investir dans leur avenir », a déclaré le Commissaire européen en charge de l'aide humanitaire et de la gestion des crises, Christos Stylianides, dans un communiqué de presse conjoint de l'UE et de l'UNICEF.

La contribution humanitaire de l'UE d'un montant de 34 millions d'Euros est la plus importante qu'ait reçue le projet intitulé 'Transfert conditionnel de trésorerie pour l'éducation' (CCTE).

« Grâce à la générosité de l'UE et au leadership de la Turquie, l'UNICEF et nos partenaires aident déjà des milliers d'enfants à aller à l'école et à apprendre », a déclaré le Directeur général de l'UNICEF, Anthony Lake. « Le CCTE nous aidera à atteindre 230.000 enfants - une étape importante pour eviter la perte d'une génération ».

La Turquie accueille actuellement plus de trois millions de réfugiés, dont près de la moitié sont des enfants. Parmi eux, un demi-million sont déjà inscrits à l'école. Cependant, on estime que plus de 370.000 enfants réfugiés restent en dehors de tout système scolaire.

D'ici mai 2017, des transferts monétaires bimestriels seront effectués aux familles de réfugiés vulnérables dont les enfants fréquentent l'école régulièrement. Le projet comprend également une composante stratégique de protection de l'enfance afin d'assurer la continuité de la scolarité, la fréquentation des enfants réfugiés les plus vulnérables ainsi que leur orientation vers des services complémentaires de protection de l'enfance lorsqu'elle s'avère nécessaire.

Le projet CCTE sera mise en place conjointement par le gouvernement turc, l'UNICEF et le Croissant-Rouge turc.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Un an après la Déclaration UE-Turquie, l'UNICEF souligne le coût humain de plus en plus élevé subi par les enfants réfugiés et migrants

En savoir plus