Le HCR préoccupé par le projet de la Hongrie visant à mettre en détention tous les demandeurs d'asile

Des migrants pakistanais à Kos, en Grèce, montrent une carte avec des informations sur la fermeture de la frontière hongroise et suggérant de passer par la Croatie. Photo OIM

7 mars 2017 – Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) s'est dit profondément préoccupé par une nouvelle loi qui a été votée mardi au Parlement hongrois et qui prévoit la détention obligatoire de tous les demandeurs d'asile, y compris de nombreux enfants, pour toute la durée de la procédure d'asile.

« Dans la pratique, cela signifie que tous les demandeurs d'asile, y compris les enfants, seront détenus dans des conteneurs entourés d'une clôture de fil de fer barbelé, à la frontière pendant une longue période », a souligné une porte-parole du HCR, Cécile Pouilly, lors d'un point de presse à Genève.

Selon l'agence onusienne, cette nouvelle loi déroge aux obligations de la Hongrie en vertu des lois internationales et de la législation de l'Union européenne. Par ailleurs, elle aura un impact sérieux aux niveaux physique et psychologique sur les femmes, les enfants et les hommes ayant déjà beaucoup souffert.

« Nous avons déjà fait état de nos vives inquiétudes quant aux obstacles physiques que la Hongrie a déjà établis, ainsi qu'aux obstacles législatifs et politiques, rendant presque impossible pour les demandeurs d'asile d'entrer dans le pays, d'y demander l'asile et de pouvoir bénéficier de la protection internationale », a dit la porte-parole du HCR.

En vertu de la législation internationale et des lois de l'UE, la détention de réfugiés et de demandeurs d'asile ne peut être justifiée que pour un nombre limité de motifs et seulement si elle est nécessaire, raisonnable et proportionnée.

Pour cela, les autorités doivent déterminer s'il existe des mesures moins coercitives ou intrusives pour atteindre ces objectifs, sur la base d'une évaluation des circonstances particulières propres à chaque personne.

« Les alternatives à la détention doivent toujours être envisagées en premier lieu. Ne pas le faire pourrait rendre la détention arbitraire », a souligné Mme Pouilly. « Les enfants ne devraient jamais être détenus quelles que soient les circonstances car la détention n'est jamais dans l'intérêt supérieur de l'enfant ».

AUDIO : Cécile Pouilly, porte-parole du Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) à Genève, souligne les inquiétudes du HCR à l’égard de la nouvelle loi hongroise. Credit: CITES


News Tracker: autres dépêches sur la question

Réfugiés et migrants prennent des risques énormes pour rejoindre l'Europe, selon le HCR

En savoir plus