Bassin du lac Tchad : des millions de personnes ont besoin d'aide, selon le chef de l'humanitaire de l'ONU

Un garçon pleurant à quelques pas de sa famille à Bama, un ancien bastion de Boko Haram, dans l’Etat de Borno, au Nigeria, où un camp accueille environ 25.000 Nigérians qui ont fui les villages voisins. Photo: OCHA / Eve Sabbagh

23 février 2017 – A la veille d'une conférence de bailleurs de fonds à Oslo, en Norvège, sur la crise humanitaire dans la région du Bassin du lac Tchad, le chef de l'humanitaire de l'ONU, Stephen O'Brien, a souligné combien il était important de financer l'appel de fonds humanitaire pour répondre aux besoins de millions de personnes vulnérables.

« Nous avons besoin d'argent. C'est pourquoi nous demandons aux États membres d'être généreux pour faire en sorte que cet appel de fonds soit financé », a déclaré le Coordonnateur des secours d'urgence des Nations Unies, Stephen O'Brien, dans un entretien avec ONU Info.

Il a rappelé que l'an dernier, l'appel de fonds humanitaire pour cette région n'a été financé qu'à hauteur de 50%. « Nous ne pouvons faire que la moitié de ce que nous devons faire », a dit M. O'Brien, qui est également Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires.

L'ONU et ses partenaires estime que 11 millions de personnes vivant dans les pays du Bassin du lac Tchad (nord du Cameroun, ouest du Tchad, sud-est du Niger, nord-est du Nigéria) ont besoin d'une assistance humanitaire immédiate, dont 7,1 millions se trouvant dans une situation d'insécurité alimentaire aigue.

La conférence humanitaire d'Oslo est organisée par le gouvernement norvégien, avec le Nigéria, l'Allemagne et l'ONU. Dans le but d'attirer l'attention sur cette crise, qui a été largement négligée, cette réunion vise à susciter une plus grande participation internationale et un financement accru des efforts humanitaires pour empêcher que la situation ne se détériore davantage.

VIDEO: Bassin du lac Tchad : 7,1 millions de personnes peinent à avoir un repas par jour - Toby Lanzer

L'appel de fonds, d'un montant de 1,5 milliard de dollars, financera des opérations de secours dans la région, notamment en fournissant un soutien alimentaire et nutritionnel à 1,6 million de personnes, un soutien aux moyens de subsistance à 1,4 million de personnes, des soins de santé primaires pour 4,4 millions personnes, une vaccination contre la polio pour 1 million d'enfants, un soutien à l'éducation pour près de 300.000 filles et garçons et de l'eau potable, des réseaux d'assainissement et d'hygiène améliorés pour 2,3 millions de familles déplacées et leurs communautés d'accueil.

Sur une population totale dans le besoin de 11 millions de personnes, environ 8,5 millions se trouvent dans le nord-est du Nigéria qui a connu des années de violence à cause du groupe armé Boko Haram.

Notant les défis dans le nord-est du Nigéria, M. O'Brien a salué le travail des acteurs humanitaires sur le terrain. « Il y a eu des pertes terribles et tragiques de travailleurs humanitaires courageux et brillants, et ils continuent à travailler dans des conditions particulièrement difficiles », a-t-il dit.

Selon lui, il faut que la communauté internationale permette aux programmes d'assistance de venir en aide à ceux qui en ont le plus besoin afin d'éviter la famine et la malnutrition.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Bassin du lac Tchad : 7,1 millions de personnes souffrent d'insécurité alimentaire aigue, selon l'ONU

En savoir plus