L'ONU appelle à une augmentation de 50% du financement de l'action humanitaire contre les mines

Une femme dégage un obus de mortier lors d’une démonstration par le Service de lutte antimines des Nations Unies (UNMAS) à Mogadiscio, en Somalie. Photo ONU/Tobin Jones

9 février 2017 – L'action antimines des Nations Unies a besoin de 511 millions de dollars pour mener à bien ses projets en 2017 et cela représente une augmentation de 50% par rapport à l'appel consolidé de l'année dernière, qui s'élevait à 347 millions de dollars.

Cet action antimines comprend le déminage, l'éducation aux risques et l'assistance aux victimes, dans les situations de conflit et d'après conflit dans le monde, a précisé le Service d'action antimines des Nations Unies (UNMAS) dans un communiqué de presse.

Les projets d'UNMAS concernent vingt-deux pays et territoires contaminés par des mines terrestres et d'autres engins explosifs tels que des munitions à fragmentation non explosées, des roquettes et des engins explosifs improvisés en Afrique, en Asie, en Europe, au Moyen-Orient et en Amérique du Sud. Au total plus de 200 projets ont été élaborés par les groupes de coordination de l'action antimines au niveau national.

"Dans le monde entier, les conflits qui déchirent des pays et des communautés causent une augmentation tragique du nombre de décès dus aux mines terrestres et à d'autres engins explosifs. Il est absolument nécessaire de mener une action humanitaire contre les mines. La connaissance et la volonté d'aider sont là, c'est un financement adéquat qui manque", a déclaré la Directrice d'UNMAS, Agnès Marcaillou.

L'Afghanistan (124 millions de dollars), l'Iraq (75 millions de dollars), la Syrie (52 millions de dollars) et le Yémen (17 millions de dollars) ont les besoins de financement les plus élevés. En outre, les pays qui ont une importante contamination résiduelle, tels que le Cambodge (23 millions de dollars) et le Laos (26 millions de dollars), ont encore besoin de ressources.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Une responsable de l'ONU appelle à étendre la notion de dangers explosifs au-delà des mines antipersonnel

En savoir plus