Yémen : le Coordonnateur humanitaire préoccupé par le sort des civils dans les régions de Dhubab et Al Mokha

Une femme yéménite avec son enfant. Photo FAO/Rawan Shaif (archives)

31 janvier 2017 – Le Coordonnateur humanitaire au Yémen, Jamie McGoldrick, s'est déclaré mardi très préoccupé par le sort de dizaines de milliers de civils des districts de Dhubab et Al Mokha, dans le gouvernorat de Taëz.

Des informations provenant du terrain indiquent que les opérations militaires dans cette région côtière ont contraint la plupart des habitants de Dhubab à fuir, alors qu'à Al Mokha, entre 20.000 et 30.000 personnes, soit près du tiers de la population, sont prises au piège dans la ville et ont besoin d'une protection immédiate et d'une assistance humanitaire.

Les attaques aériennes répétées, les bombardements et les attaques de tireurs embusqués dans et autour de la ville d'Al Mokha ont tué et blessé des dizaines de civils et ont mis la plupart des services à l'arrêt, y compris le marché principal et le système d'approvisionnement en eau.

« Des dizaines de milliers de civils ont été forcés de fuir leurs maisons, certains devant traverser des routes minées pour rejoindre des zones sûres. Beaucoup de familles déplacées étaient déjà victimes du conflit », a expliqué M. McGoldrick dans un communiqué de presse.

Il a précisé que les partenaires humanitaires mobilisaient de l'eau, de la nourriture, et une assistance médicale pour ceux qui en ont besoin. Cependant, les combats intenses empêchent un accès sécurisé à la ville d'Al Mokha. « L'arrêt des combats est nécessaire pour faciliter la fourniture d'une assistance à Al Mokha et permettre la libre circulation des civils », a-t-il dit.

Le Coordonnateur humanitaire s'est dit aussi préoccupé par les informations selon lesquelles des routes et des ponts reliant la ville portuaire d'Al Hudaydah à d'autres gouvernorats ont été endommagés et détruits par des attaques aériennes ces derniers jours. Ces infrastructures sont vitales pour le transport des approvisionnements humanitaires et commerciaux dans le pays.

Il a déploré de telles actions car elles risquent d'isoler davantage les communautés yéménites et d'aggraver une situation déjà alarmante en matière de sécurité alimentaire.

« En vertu du droit international humanitaire, les parties au conflit ont l'obligation de protéger les civils, de faciliter leur passage en toute sécurité et d'éviter d'endommager les infrastructures civiles, y compris les écoles, les hôpitaux et les stations d'eau essentielles au maintien de la vie », a-t-il dit.

M. McGoldrick a appelé toutes les parties au conflit à s'acquitter de leurs obligations en vertu du droit international humanitaire et leur a demandé de veiller à ce que les organisations humanitaires aient un accès rapide, sûr et sans entraves aux personnes dans le besoin dans la ville d'Al Mokha et dans la région touchée.

Il a aussi exhorté toutes les parties à revenir à la table des négociations. « Une paix durable est la seule solution qui aidera à mettre fin à la souffrance du peuple du Yémen », a-t-il dit.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Yémen : la situation humanitaire se détériore avec l'intensification des combats, selon l'ONU

En savoir plus