Yémen : l'ONU réclame une cessation des hostilités et une enquête sur l'attaque meurtrière de samedi

Des bâtiments bombardés à Aden, au Yémen. Photo PAM/Ammar Bamatraf

10 octobre 2016 – Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a une nouvelle fois réclamé lundi une cessation des hostilités au Yémen, deux jours après le bombardement d'une cérémonie funéraire à Sana'a qui a fait plus de 140 morts.

« Le bombardement samedi de ces funérailles était une attaque odieuse contre des civils et une violation scandaleuse du droit international humanitaire. C'était un centre communautaire connu de tous. Il était bondé avec des familles et des enfants. Bombarder des gens déjà endeuillés par la perte d'êtres chers est condamnable », a dit M. Ban lors d'un point de presse à New York.

« Les attaques aériennes par la coalition dirigée par l'Arabie saoudite ont déjà causé d'immenses carnages et détruit une grande partie des installations médicales du pays, ainsi que d'autres infrastructures civiles essentielles », a-t-il ajouté. « Les informations initiales sur le terrain indiquent que la coalition est aussi responsable de cette attaque ».

Selon le chef de l'ONU, les excuses sonnent creux et les parties au conflit ne peuvent pas se cacher derrière « le brouillard de la guerre ».

« Cet incident horrible exige une enquête complète. Plus largement, les responsables doivent rendre des comptes pour la conduite déplorable de cette guerre », a-t-il ajouté. « Voilà pourquoi le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) a réclamé à juste titre la création d'un organe international indépendant pour mener des enquêtes exhaustives sur les violations présumées du droit international humanitaire et des droits humains ».

Le chef de l'ONU a demandé instamment au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies « de remplir son devoir et d'agir ».

M. Ban a également demandé à la communauté internationale d'augmenter son assistance humanitaire alors que plus de 20 millions de Yéménites, soit 80% de la population, ont besoin d'une assistance.

« L'aide humanitaire ne peut pas se substituer à l'action politique. J'appelle à une cessation des hostilités comme seule façon de protéger les civils, et à une reprise des pourparlers politiques comme seul moyen de mettre fin au conflit », a-t-il conclu.

De son côté, le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Zeid Ra'ad Al Hussein, a regretté lundi que l'attaque meurtrière à Sana'a samedi intervienne « seulement quelques semaines après le refus par le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, pour la deuxième année consécutive, de reprendre ma proposition de créer un organe d'enquête international indépendant pour examiner les violations graves du droit international, y compris des crimes de guerre, au Yémen ».

« L'incapacité du Conseil des droits de l'homme à prendre des mesures décisives en mettant en place une enquête internationale contribue à un climat d'impunité et à la poursuite des violations. Il ne faut pas laisser ces attaques odieuses continuer », a-t-il ajouté dans une déclaration à la presse.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Yémen : l'ONU condamne une attaque meurtrière ayant visé des funérailles à Sana'a

En savoir plus