Essais nucléaires : le traité d’interdiction attend toujours d’entrer en vigueur 20 ans après

Le Secrétaire exécutif de l’Organisation du Traité pour l’interdiction complète des essais nucléaires (OTICE), Lassina Zerbo. Photo ONU/Eskinder Debebe

31 août 2016 – Adopté il y a 20 ans par l’Assemblée générale des Nations Unies, le Traité d’interdiction complète des armes nucléaires (TICE) n’a toujours pas pris effet et n’entrera en vigueur qu’une fois ratifié par huit pays spécifiques qui ne l’ont pas encore fait.

Ces pays sont : la Chine, l’Egypte, la République populaire démocratique de Corée (RPDC), l’Inde, l’Iran, Israël, le Pakistan et les États-Unis.

Depuis son entrée en fonction en 2013 à la tête de l’Organisation du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (OTICE), Dr Lassina Zerbo s’efforce d’obtenir cette entrée en vigueur du traité.

Il s’efforce également de renforcer la position de l’OTICE comme pôle d’excellence pour la surveillance du respect du traité. Le réseau mondial de surveillance de l’OTICE est maintenant terminé à 90%, avec près de 300 stations, dont certaines dans des zones reculées et inaccessibles. Le réseau capture quatre types de données : sismiques, hydroacoustiques, infrasons et radionucléides. Le système a ainsi détecté quatre essais nucléaires déclarés par la RPDC.

Si nous n’arrivons pas à avoir un monde exempt d’essais nucléaires, comment pouvons-nous atteindre cet objectif d’un monde exempt d’armes nucléaires.

Dr Lassina Zerbo, se trouvait mercredi à New York pour une réunion informelle de l’Assemblée générale des Nations Unies marquant la Journée internationale contre les essais nucléaires.

En marge de cette réunion, Dr Zerbo a rencontré le Centre d’actualités de l’ONU pour discuter de la réussite de son organisation en matière de surveillance mais aussi pour dénoncer le fait que le Traité ne soit pas toujours pas entré en vigueur vingt ans après son ouverture à la signature.

Centre d’actualités de l’ONU : Cette année marque le 20ème anniversaire du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires. Quel bilan tirez-vous de ces 20 ans ?

Lassina Zerbo : Je suis tenté de dire un bilan mitigé. On a ce que certains appellent la success-story de l’Organisation, ce que nous avons fait depuis 20 ans sur le plan technique, mettre en place un système de surveillance mondial qui a prouvé toute son efficacité et surtout pendant les essais annoncés nucléaires de la Corée du Nord et puis les accidents nucléaires de Fukushima, et le tsunami aussi. Pour cela, on a fait un instrument technique au service de la communauté internationale qui est très efficace. L’instrument est efficace mais l’instrument qui doit servir le Traité a un Traité qui n’est pas encore en vigueur. Cela fait 20 ans que cela traîne. On a huit pays qui, si je peux me permettre le mot, tiennent en otage en fait l’entrée en vigueur de ce Traité. C’est de huit pays dont il est question. Et il faut de l’action. Voilà un peu où on se trouve vingt ans après l’ouverture à la signature du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires.

Centre d’actualités de l’ONU : De vos trois ans de mandat à la tête de l’OTICE, de quoi êtes-vous le plus fier ?

Lassina Zerbo : J’aurais été d’autant plus fier si on avait des avancées significatives sur l’entrée en vigueur du Traité. Ce que j’ai fait depuis trois ans, c’est d’essayer d’élever un peu le niveau de discussions sur ce Traité. Vous entendez maintenant tout le monde parler de la nécessité de l’entrée en vigueur, de l’urgence de l’entrée en vigueur, dans le contexte des discussions sur le Traité de non-prolifération et récemment des discussions de l’administration Obama sur la possibilité d’amener le sujet au Conseil de sécurité. Cela montre que le sujet du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires est d’actualité, sinon d’urgence. Et c’est ce que nous avons essayé de faire. Nous avons obtenu quelques ratifications. Il y en a qui vont être effectives dans les semaines qui viennent. On nous parle du Myanmar et du Swaziland. Mais ce sont des huit pays dont nous attendons un mouvement, une volonté politique, pour que nous avancions vers l’entrée en vigueur et c’est de cela dont il est question en ce moment.

Centre d’actualités de l’ONU : Que devrait faire la communauté internationale pour obtenir l’entrée en vigueur du Traité ?

Lassina Zerbo : C’est une question qui est posée tout le temps mais moi la question que je me pose, c’est quel est le monde que nous voulons laisser aux générations futures. C’est de cela dont il est question. Est-ce que nous voulons un monde où nous repartons au 20ème siècle dans une guerre froide ou une guerre de tranchées, ou un esprit où les belligérants sont là juste pour s’accuser, s’attaquer ou bien nous préparons un monde de paix pour nous-mêmes d’abord et pour les générations futures ? Si nous arrivons à donner une réponse à cette question, le problème est simple, il faut de l’action, une volonté politique et de l’action. Parfois il y a de la volonté politique, comme dans le cas des Etats-Unis. Le Président Obama en a fait sa priorité quand il a pris ses fonctions. En 2009, il a dit à New York, il a dit à Prague que la non-prolifération était une nécessité et que construire un monde exempt d’armes nucléaires était quelque chose de possible même s’il ne pensait pas le faire de son vivant. Il a la volonté mais les problèmes domestiques américains sont ce qu’ils sont. Il n’a pas le nombre au Sénat pour pousser sa politique et c’est de cela qu’il est question. Les gens parlent d’un système de promotion, d’éducation pour convaincre toutes les parties au niveau des partis politiques américains. Mais le problème américain n’est pas le seul. Il ne faut pas attendre surtout les Etats-Unis, les autres aussi doivent agir. Il y a la Chine qui attend les Etats-Unis, c’est ce qu’on nous dit. Je pense que la Chine qui a montré un leadership économique depuis des années peut faire un effort sur ce plan et montrer le chemin vers ce que nous voulons construire, un monde stable, un monde de sécurité, un monde de paix.

Le Secrétaire exécutif de l’Organisation du Traité d’interdiction complète des essais nucléaires (OTICE), Dr Lassina Zerbo. Credit: United Nations

Centre d’actualités de l’ONU : Que pensez-vous de cette initiative des Etats-Unis de proposer une nouvelle résolution au Conseil de sécurité appelant à mettre fin aux essais nucléaires? En quoi selon vous cela peut-il être utile ?

Lassina Zerbo : Sans rentrer dans la politique politicienne américaine, je dirai que tout élan qui renforce le moratoire sur les essais nucléaires, tout élan qui nous amène une avancée vers l’entrée en vigueur du Traité est quelque chose qu’il faut saluer. Maintenant, comment amener cet élan. C’est la question au niveau des Etats-Unis. Mais au niveau des Etats-Unis, nous ne devons pas prendre la question comme une question des Républicains et des Démocrates, parce que là, on ne s’en sortirait pas. Il faut amener toutes les parties à comprendre que l’entrée en vigueur du TICE est dans l’intérêt de la sécurité nationale des Etats-Unis d’abord et de la sécurité internationale ensuite. Voilà comment chacun des huit Etats doit prendre ce contexte, le contexte du Traité d’interdiction complète pour nous permettre d’avancer. Les Etats-Unis le font et j’espère qu’ils y arriveront mais nous avons le Moyen-Orient, on a Israël. J’ai rencontré le Premier ministre Netanyahu au mois de juin. Nous avons discuté de cette question. Mais je pense qu’il faut quand même un certain leadership, une certaine volonté politique de chacun des huit Etats, que chacun d’eux puisse montrer le chemin et pour que les autres puissent suivre. Voilà ce dont nous avons besoin. L’accord iranien a été un exemple, cela a été un des succès récents sur le contrôle de l’armement et la non-prolifération et éventuellement le désarmement. Je pense qu’on peut suivre cet exemple et amener les gens autour de la table et discuter, y compris la Corée du Nord évidemment.

Centre d’actualités de l’ONU : Le prochain cycle d’examen du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP) doit débuter en mai 2017. Etes-vous optimiste sur la volonté de la communauté internationale d’arriver à un monde exempt d’armes nucléaires ?

Lassina Zerbo : Moi je suis de nature optimiste mais mon optimisme ne m’amène pas à la naïveté. Je crois que les circonstances, le contexte géopolitique actuel est un peu effrayant. Il y a aura forcément une constellation des situations qui va forcer un leadership qui viendra d’un côté ou d’un autre, qui vient de l’Occident et qui vient des pays en voie de développement. Il faut que des gens arrivent à dire que cela suffit, il faut que nous fassions quelque chose pour stopper cette course à l’armement qui se passe depuis une cinquantaine d’années. Il est temps de stopper cela.

Je viens du Kazakhstan, où j’ai participé à un panel avec le Président Nazarbaiev. Il a eu une initiative pour avoir une conférence sur la paix au mois de novembre. Il veut le faire car il pense que depuis quarante ans le Traité de non-prolifération n’a pas atteint les objectifs escomptés, parce que le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires ne voit pas encore cette lueur d’espoir, à part le côté technique. Sur le plan politique, on n’avance pas. Il se dit qu’il faut trouver d’autres voies et moyens. Trouver les voies et moyens, c’est amener des gens autour d’une table. Le Kazakhstan a montré le leadership sur le plan de la non-prolifération pour avoir fermé son site d’essais nucléaires mais aussi pour avoir renoncé au quatrième arsenal nucléaire mondial. Le Kazakhstan aujourd’hui est un pays neutre qui arrive à rapprocher des Etats belligérants. Le Kazakhstan veut offrir cette opportunité à la communauté internationale pour discuter de la paix et je sais que si le Kazakhstan le fait, le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires arrive en priorité.

Si nous n’arrivons pas à avoir un monde exempt d’essais nucléaires, comment pouvons-nous atteindre cet objectif d’un monde exempt d’armes nucléaires. Je crois que le fruit est mûr pour le Traité d’interdiction complète des essais nucléaires. Il faut cueillir ce fruit-là pour pouvoir atteindre les fruits qui ne sont pas encore assez mûrs, qui sont ce monde exempt d’armes nucléaires, pas seulement d’armes nucléaires mais d’armes de destruction massive.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Ban Ki-moon appelle les Etats à éradiquer les armes de destruction massive une fois pour toutes

En savoir plus