Guinée-Bissau : l'envoyé de l'ONU appelle les dirigeants à mettre fin à la paralysie politique

Modibo Touré, le Représentant spécial du Secrétaire général pour la Guinée-Bissau, s’exprime par vidéoconférence devant le Conseil de sécurité. Photo ONU/Loey Felipe

30 août 2016 – Le Représentant spécial du Secrétaire général pour la Guinée-Bissau, Modibo Touré, a appelé mardi, devant le Conseil de sécurité, les dirigeants politiques de ce pays à mettre un terme à la paralysie politique dans laquelle il est plongé depuis la suspension du processus parlementaire.

Dans le même temps, M. Touré, qui est également Chef du Bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix en Guinée-Bissau (BINUGBIS), a exhorté la communauté internationale à lui apporter son soutien, en vue, notamment, de faciliter la démobilisation et la réintégration socioéconomique des éléments militaires.

« Le peuple de la Guinée-Bissau compte sur le soutien de cette auguste assemblée et celui de la communauté internationale dans son ensemble », a-t-il affirmé.

M. Touré a indiqué que les consultations se poursuivaient à l'heure actuelle dans le pays en vue de sortir de l'impasse qui prévaut à l'Assemblée nationale populaire.

L'Assemblée n'a pas encore examiné le programme du gouvernement, alors que celui-ci est en place depuis bientôt trois mois, a-t-il dit. M. Touré a précisé que le processus législatif normal semblait paralysé en raison de la décision du parti majoritaire, le Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cabo Verde (PAIGC), de suspendre sa participation aux travaux.

Le Représentant spécial a ensuite détaillé les efforts menés pour sortir de l'impasse, avec l'appui de l'ONU, de l'Union africaine, de l'Union européenne et de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO). Depuis le 26 août, les deux partis principaux, le PAIGC et le Parti pour la rénovation sociale (PRS) ont entamé des pourparlers en vue d'aboutir à un consensus devant permettre d'en finir avec l'impasse politique, s'est félicité le Chef du BINUGBIS.

« En l'absence d'un programme portant le sceau d'approbation des élus du peuple et d'un budget national assorti, il sera difficile au gouvernement de mener les réformes essentielles au retour durable à la stabilité institutionnelle, ainsi que de mettre en œuvre des politiques et stratégies permettant d'impulser une croissance économique inclusive et de s'attaquer aux vrais problèmes de la Guinée-Bissau », a affirmé le Représentant spécial.

M. Touré a souligné « l'engagement collectif » des acteurs nationaux en faveur d'un dialogue et indiqué que l'impasse politique actuelle pouvait être résolue. Les acteurs de la crise doivent honorer leur engagement à consentir aux sacrifices nécessaires afin de mettre un terme à la confrontation parlementaire et remettre la machine gouvernementale en ordre de marche, a-t-il déclaré. Le Représentant spécial a également appelé les dirigeants politiques à se concentrer sur l'intérêt national et le bien-être de la population.

Il a salué la retenue et la neutralité dont les militaires ont fait preuve lors de la crise. Il a également souhaité que la réponse à l'impasse actuelle soit l'occasion pour les acteurs politiques de réfléchir aux moyens de mettre un terme au cycle récurrent de paralysie institutionnelle.

« Cela ne pourra être accompli que grâce à un dialogue véritable et inclusif avec l'ensemble des citoyens », a affirmé M. Touré. Il a précisé qu'un tel dialogue avait le potentiel de stabiliser les institutions et d'ouvrir la voie à la restructuration de l'architecture judiciaire, à la réforme du secteur de la défense et de la sécurité et à la lutte contre le trafic de stupéfiants et autres formes de criminalité organisée transnationale.

Enfin, rappelant qu'il n'y a pas de développement sans stabilité, M. Touré a appelé la communauté des donateurs à considérer l'allocation de ressources supplémentaires en faveur des secteurs de la santé et de l'éducation et de programmes d'autonomisation des femmes et des jeunes.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Guinée-Bissau : l'ONU appelle tous les acteurs politiques à instaurer un dialogue constructif

En savoir plus