L'ONU salue un nouveau partenariat nord-américain sur le climat et la réduction des risques de catastrophe

4 juillet 2016 – Le chef du Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophe (UNISDR), Robert Glasser, a salué lundi l'annonce d'un nouveau partenariat entre le Canada, les Etats-Unis et le Mexique, en vertu duquel les dirigeants des trois pays se sont engagés à prendre des mesures importantes pour atteindre 50% de production d'énergie propre d'ici 2025 et à coopérer davantage en matière de réduction des risques de catastrophe.

Selon la presse, ce plan d'action sur le climat a été annoncé mercredi à l'occasion du Sommet des leaders nord-américains, qui réunissait à Ottawa, au Canada, le Premier ministre du pays, Justin Trudeau, le Président des Etats-Unis, Barack Obama, et le Président du Mexique, Enrique Peña Nieto,

« Le nouveau Partenariat nord-américain en matière de climat, d'énergie propre et d'environnement est une avancée importante et suscite l'espoir que nous pouvons encore maintenir l'élévation de la température mondiale bien au-dessous de 2°C, tel que le prévoit l'Accord de Paris sur le climat. L'engagement de ces pays à ratifier l'Accord et à soutenir son entrée en vigueur en 2016 est un exemple qui devrait être suivi par d'autres membres du G20 », a déclaré M. Glasser dans un communiqué de presse.

Le chef de l'UNISDR a également salué l'engagement des trois dirigeants à travailler ensemble pour réduire les risques sanitaires et de catastrophe, y compris via l'adaptation au changement climatique, des systèmes d'alerte précoce, la collaboration avec les communautés locales sur la gestion des ressources naturelles et la reconnaissance de l'importance d'une approche de genre dans le cadre de l'action climatique et du développement durable.

« C'est l'exemple du leadership en action. Les engagements à éliminer progressivement les subventions inefficaces aux combustibles fossiles d'ici 2020, à réduire le noir de carbone et à interdire l'utilisation des hydrofluorocarbures contribuant à un réchauffement global élevé démontrent un engagement politique sérieux à réduire les risques de futurs événements météorologiques extrêmes », a dit M. Glasser.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Signature de l'Accord de Paris sur le climat : une première étape nécessaire, mais pas suffisante, selon l'ONU

En savoir plus