Soudan du Sud : le Conseil de sécurité appelle les parties à respecter l'accord de paix

Des enfants dans le site de protection des civils de la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS), à Malakal. Photo : ONU / Isaac Gideon

17 mars 2016 – Le Conseil de sécurité a exprimé jeudi sa profonde inquiétude face à la situation qui règne au Soudan du Sud et a appelé les parties à respecter les termes de de l'accord de paix en août 2015.

S'il a constaté que le cessez-le-feu a été globalement respecté dans les zones de la région du Haut-Nil où le conflit faisait rage, le Conseil s'est toutefois dit très préoccupé, dans une déclaration présidentielle, face aux violences qui continuent d'être commises, comme il en a été informé le 19 février dernier.

En conséquence, le Conseil a demandé au gouvernement du Soudan du Sud de s'acquitter de sa responsabilité d'assurer la protection des civils.

Le Conseil s'est déclaré particulièrement alarmé par des informations crédibles selon lesquelles des hommes armés et en uniforme de l'Armée populaire de libération du Soudan ont pénétré dans le site de protection des civils de la Mission des Nations Unies en République du Soudan du Sud (MINUSS) et tiré sur des civils.

Le Conseil a demandé au gouvernement du Soudan du Sud d'enquêter sur les faits et de poursuive les auteurs de l'attaque. Il a souligné que les attaques perpétrées contre les civils, le personnel de la MINUSS et les locaux des Nations Unies sont inacceptables et peuvent constituer des crimes de guerre.

Le Conseil s'est dit profondément alarmé par les nombreuses informations faisant état de violences sexuelles liées au conflit armé et par la détérioration de la situation économique et humanitaire au Soudan du Sud, où environ 2,8 millions de personnes souffrent d'insécurité alimentaire sévère et où l'accès humanitaire continue de faire l'objet de restrictions.

Le Conseil a exhorté toutes les parties à coopérer pleinement pour faire avancer la mise en œuvre de l'Accord sur le règlement du conflit en République du Soudan du Sud.

À cet égard, il a appelé le gouvernement du Soudan du Sud et le Mouvement populaire de libération du Soudan dans l'opposition (M/APLS dans l'opposition) à respecter pleinement et immédiatement le cessez-le-feu permanent.

Le Conseil a également appelé le gouvernement, le M/APLS dans l'opposition et tous les autres acteurs concernés à coopérer pleinement en vue de la mise en œuvre intégrale des arrangements de sécurité de Djouba, acceptés par les parties le 24 février 2016.

Comme énoncé dans l'Accord, le Conseil a demandé à ce que le Président, Salva Kiir, et le Premier Vice-Président, Riek Machar, prennent leurs fonctions au sein du gouvernement provisoire d'union nationale à Djouba.

Les 15 membres ont exhorté le gouvernement et le M/APLS dans l'opposition à protéger les civils et les établissements civils, y compris les écoles et les hôpitaux, et à permettre aux organismes humanitaires d'accéder sans restriction ni entrave et en toute sécurité aux personnes dans le besoin.

Le Conseil a exprimé sa profonde inquiétude face aux informations faisant état de violations répétées de l'Accord sur le statut des forces et a souligné l'importance d'une coopération étroite sur la question.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Soudan du Sud : l'ONU choquée par l'utilisation massive du viol par des acteurs étatiques en 2015

En savoir plus






Coup de projecteur