Centrafrique : une experte de l'ONU souligne les défis qui attendent le nouveau gouvernement

16 mars 2016 – A l'issue d'une visite en République centrafricaine, l'Experte indépendante sur la situation des droits de l'homme dans le pays, Marie-Thérèse Keita-Bocoum, a salué mercredi le nouveau Président élu, Faustin Archange Touadéra, tout en soulignant les nombreux défis qui attendent son gouvernement en matière de renforcement de la sécurité, de l'état de droit et des droits de l'homme.

Selon un communiqué de presse rendu public par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH), Mme Keita-Bocoum a encouragé le nouveau Président, à l'occasion d'un entretien, à prendre des mesures fortes pour répondre aux attentes élevées des Centrafricains dans un certain nombres de domaines, y compris le retour de la sécurité, le désarmement des groupes armés, le renforcement de l'état de droit, la lutte contre l'impunité, la protection des droits de l'homme, la réconciliation nationale et l'accès urgent aux services sociaux de base, tels que l'éducation et la santé.

L'experte a rappelé qu'il n'est pas souhaitable que certains candidats sur lesquels pèsent des allégations de violations des droits de l'homme soient élus, et a insisté sur « l'importance que les élus soient des hommes et des femmes qui aient vraiment à cœur de représenter les intérêts du peuple centrafricain, en toute intégrité et dans le respect des droits de l'homme ».

Bien que l'experte ait noté quelques améliorations en terme de sécurité, en particulier à Bangui, elle a fait part de ses préoccupations face à une insécurité encore très présente et des actes de violence répétés dans les régions centre, est et nord-est.

« Ces violences sont aggravées par les des mouvements de population en période de transhumance et par l'absence d'autorités légitimes pour lutter contre la criminalité », a-t-elle ajouté.

L'experte a insisté sur la nécessité de mettre immédiatement en œuvre un programme de désarmement, démobilisation, réinsertion et d'initier au plus vite la réforme du secteur de la sécurité, tout en renforçant les efforts de lutte contre l'impunité, par l'opérationnalisation des juridictions à l'intérieur du pays et le renforcement de l'indépendance du pouvoir judiciaire.

Sur ces points, l'experte a appelé la communauté internationale et tous les autres partenaires à soutenir le nouveau gouvernement élu pour mettre ces mesures en œuvre.

Mme Keita-Bocoum a aussi exprimé ses préoccupations concernant l'impératif de protection des civils et le besoin d'assistance pour les victimes de violences sexuelles et de violences infligées aux personnes accusées de sorcellerie.

« Tous les acteurs de la société civile que j'ai rencontrés ont déploré l'absence de la chaîne pénale, le manque d'accès à la justice et l'absence de mesures pour protéger les victimes et les témoins », a indiqué l'experte indépendante, qui a également souligné les demandes pressantes de la population en matière d'éducation et de sensibilisation sur les droits de l'homme.

L'experte a aussi souligné que les défis humanitaires restent majeurs, ayant observé lors de ses visites que l'aide internationale constitue parfois le seul moyen de subvenir aux besoins en matière de santé, nutrition et assainissement.

Mme Keita-Bocoum a insisté sur l'importance d'assurer le transfert des acquis de la transition vers le nouveau gouvernement, qui devrait continuer à travailler en étroite collaboration avec la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine (MINUSCA) et la communauté internationale sur les questions de droits de l'homme.

Au terme de sa visite, l'experte participera à un dialogue interactif sur la situation des droits de l'homme en République centrafricaine, le 21 mars prochain, lors de la 31ème session du Conseil des droits de l'homme à Genève.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Centrafrique : un nouveau rapport de l'ONU décrit la violence incessante dont les enfants sont victimes