Libye : l'ONU appelle à une trêve humanitaire afin d'évacuer les civils à Benghazi

11 mars 2016 – Le Coordonnateur humanitaire des Nations unies pour la Libye, Ali Al-Zaatari, a appelé vendredi les parties à respecter une trêve humanitaire afin de faciliter l'évacuation en toute sécurité des civils pris au piège dans les zones de combat à Benghazi, notamment dans les quartiers de Qanfouda et Qawarsha.

« Le Coordonnateur humanitaire pour la Libye demande à toutes les parties au conflit de garantir la sortie en toute sécurité de tous les civils qui sont pris au piège dans les zones touchées par les combats et qui souhaitent partir », a déclaré la Mission d'appui des Nations Unies en Libye (MANUL) dans un communiqué de presse.

« Il exhorte toutes les parties à respecter une trêve humanitaire à Benghazi pour faciliter le travail des organisations humanitaires sur le terrain », a ajouté la MANUL.

La Mission de l'ONU a également rappelé à toutes les parties leur obligation de respecter en tout temps les dispositions du droit international humanitaire et du droit international des droits humains.

« La MANUL exhorte spécifiquement les parties à garantir la protection des civils et à permettre la livraison de soins médicaux aux blessés, y compris leur évacuation en toute sécurité si nécessaire », a ajouté le communiqué.

La MANUL a été créé en 2011 par le Conseil de sécurité de l'ONU à la demande des autorités libyennes pour soutenir les nouvelles autorités de transition du pays dans leurs efforts de renforcement de la paix.

L'ONU estime que 2,4 millions de personnes ont besoin d'une aide humanitaire à travers le pays et que plus de 40% des établissements de santé en Libye ne fonctionnent pas.

De son côté, le Représentant spécial du Secrétaire général pour la Libye et chef de la MANUL, Martin Kobler, a accueilli avec satisfaction la déclaration faite par les membres du Dialogue politique libyen à Tunis, le 10 mars 2016.

« Il ne peut y avoir aucun vide politique. Il est temps de lancer immédiatement la phase de mise en œuvre », a déclaré M. Kobler dans un communiqué de presse.

Appelant le Conseil de la présidence à prendre toutes les mesures nécessaires pour siéger à Tripoli une fois que la situation sécuritaire le permettra et à commencer le transfert pacifique et ordonné du pouvoir au gouvernement d'entente nationale, le Représentant spécial a aussi exhorté la Chambre des représentants à assumer ses responsabilités et à finaliser les étapes relatives à la mise en œuvre de l'Accord politique libyen.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Libye : l'ONU dénonce la paralysie politique et institutionnelle

En savoir plus






Coup de projecteur