Au Mali, le Conseil de sécurité encourage les signataires de l'accord de paix à aller de l'avant

Des policiers sénégalais servant au sein de la MINUSMA au Mali patrouillent dans les rues de Gao. Photo ONU/Marco Dormino

7 mars 2016 – Lors d'une visite de deux jours au Mali ce weekend, le Conseil de sécurité de l'ONU a rencontré les participants à l'Accord de paix et les a encouragés à aller de l'avant en mettant pleinement en œuvre ce document.

« Nous sommes venus à un moment où nous tenons à faire en quelque sorte un bilan, faire le point sur les progrès, la façon dont ça évolue et dont nous parviendrons à la paix et la mise en application de l'Accord qui a été signé », a déclaré le Représentant permanent de l'Angola et Président du Conseil de sécurité pour le mois de mars, Ismael Abraão Gaspar Martins, lors d'une conférence de presse à Bamako, dimanche.

« Nous avons rencontré tous les participants à cet Accord, c'est-à-dire le gouvernement et les deux autres cosignataires, nous avons rencontré aussi la société civile, pour voir comment cette société civile peut aussi faire en sorte que le processus de paix suive son chemin et que l'on parvienne à cet objectif final : la paix et la consolidation du processus ici au Mali », a-t-il ajouté.

La Plateforme, une coalition de groupes progouvernementaux, et la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA), une ex-rébellion à dominante touarègue, ont signé l'accord l'an dernier.

Outre des rencontres avec le Président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, des responsables politiques de la majorité et de l'opposition et des représentants de la société civile, la délégation du Conseil de sécurité s'est rendue à Mopti et dans le nord du pays, à Tombouctou.

L'objectif de cette visite est « d'encourager l'ensemble des acteurs maliens, à ce moment charnière dans l'histoire du pays, à donner un coup d'accélérateur unanimement à la mise en œuvre de l'Accord de Paix », a déclaré le Représentant permanent de la France auprès des Nations Unies, François Delattre.

Selon lui, il faut que cet Accord « trouve sa traduction dans l'ensemble des domaines de la vie des Maliens », que « le processus de réconciliation et de retour de la confiance entre les uns et les autres trouve son rythme et devienne productif » et que « ceux qui sont contre le processus de paix, les groupes terroristes, soient combattus le plus efficacement possible ».

« C'est le message que nous avons passé à tous nos interlocuteurs », a ajouté M. Delattre. « Il y a là je le pense, une opportunité historique, à bien des égards, pour concrétiser , accélérer encore cette dynamique positive, fragile bien sûr, mais positive que nous voyons à l'œuvre dans l'ensemble des domaines et donc nous repartons les uns et les autres plus encouragés encore, plus engagés encore à soutenir les efforts du Mali ».


News Tracker: autres dépêches sur la question

Le Conseil de sécurité de l'ONU en visite au Mali pour promouvoir la réconciliation

En savoir plus






Coup de projecteur