A Tindouf, Ban Ki-moon rencontre des réfugiés sahraouis et réclame une solution au conflit sur le Sahara occidental

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, rencontre des Casques bleus de la MINURSO lors d’une visite au Sahara occidental, le 5 mars 2016. Photo ONU/porte-parole

5 mars 2016 – A l'occasion d'une rencontre avec des réfugiés sahraouis près de Tindouf, en Algérie, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a réclamé samedi des progrès dans les négociations pour résoudre le conflit sur le Sahara occidental.

“Les parties prenantes au conflit sur le Sahara occidental n'ont pas fait de réels progrès dans les négociations vers une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable”, a déploré M. Ban lors d'un point de presse à Rabouni après avoir rencontré des réfugiés et des représentants de jeunes au camp de Smara et ensuite le Secrétaire général du Front Polisario, Mohamed Abdelaziz.

“Mon premier objectif en visitant cette région est de procéder à ma propre évaluation et apporter ma contribution à la recherche d'un règlement”, a ajouté le chef de l'ONU.

L'administration coloniale du Sahara occidental par l'Espagne a pris fin en 1976. Des combats ont éclaté par la suite entre le Maroc et le Front Polisario. Un cessez-le feu a été conclu en septembre 1991. La Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental (MINURSO) est chargée de la surveillance de ce cessez-le-feu et de l'organisation d'un référendum sur l'autodétermination au Sahara occidental.

Le Maroc a présenté un plan d'autonomie, alors que la position du Front Polisario est que le statut final du territoire doit être décidé lors d'un référendum sur l'autodétermination qui comprend l'indépendance comme option.

Samedi, le chef de l'ONU a estimé nécessaire de réunir davantage d'argent pour l'aide immédiate destinée aux réfugiés sahraouis. Il a indiqué qu'il allait organiser bientôt à Genève une réunion consacrée à la dimension humanitaire de ce conflit. “Nous aurons une occasion supplémentaire de mobiliser la communauté internationale au Sommet humanitaire mondial en mai à Istanbul”, a-t-il ajouté.

“Les Sahraouis endurent de grandes souffrances dans des conditions difficiles. Je veux attirer l'attention du monde sur une population dont la souffrance est souvent ignorée. Cette situation est inacceptable”, a-t-il souligné.

Ban Ki-moon devait également rendre visite à un site de la MINURSO à Bir Lahlou, au Sahara occidental, et à des équipes de déminage. Il prévoit aussi de se rendre au quartier général de la MINURSO à Laayoune.


News Tracker: autres dépêches sur la question

A Nouakchott, Ban Ki-moon déclare vouloir apporter sa pierre aux négociations sur le Sahara occidental

En savoir plus


Coup de projecteur