Mali : une attaque contre un camp de la MINUSMA à Kidal fait six morts parmi les Casques bleus

Un Casque bleu sénégalais patrouille avec un soldat malien à Kidal en juillet 2013. Photo MINUSMA/Marco Dormino (archives)

12 février 2016 – Un camp de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) à Kidal, dans le nord du pays, a été la cible vendredi d'une attaque qui a causé la mort de six Casques bleus et blessé environ 30 autres.

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a condamné cette attaque meurtrière.

« Le Secrétaire général souligne que les attaques ciblant les Casques bleus des Nations Unies peuvent constituer des crimes de guerre en vertu du droit international et appelle à ce que les assaillants soient traduits en justice », a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse.

« Le Secrétaire général réitère que les attaques perpétrées contre la MINUSMA n'affaibliront pas la détermination des Nations Unies à soutenir le gouvernement malien, les parties signataires de l'accord de paix et le peuple malien dans leurs efforts pour parvenir à une paix et une stabilité durables », a-t-il ajouté.

Ban Ki-moon a présenté ses sincères condoléances aux familles des défunts ainsi qu'aux gouvernements concernés. Il a exprimé sa plus profonde compassion et son soutien aux blessés, en leur souhaitant un prompt rétablissement.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a aussi vivement condamné cette attaque au cours de laquelle six Casques bleus de Guinée ont été tués et de nombreux autres Casques bleus blessés.

Dans une déclaration à la presse publiée vendredi soir, les membres du Conseil ont exprimé leurs plus sincères condoléances et sympathie aux familles des victimes, ainsi qu'aux gouvernements de Guinée et du Mali.

Le Conseil a appelé le gouvernement malien “à enquêter rapidement sur cette attaque et à traduire les auteurs en justice”.

Plus tôt, le Représentant spécial du Secrétaire général au Mali, Mahamat Saleh Annadif, s'était dit révolté par cette attaque meurtrière, qui a eu lieu vers 7h00 du matin.

« J'ai le devoir, au nom du Secrétaire général, d'exprimer notre révolte par rapport à cet acte odieux et irresponsable qui survient une semaine après les arrangements locaux intervenus entre la CMA et la Plateforme et, 48h après mon passage à Kidal », a-t-il dit. La Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) est une ex-rébellion à dominante touarègue et la Plateforme est une coalition de groupes progouvernementaux.

« Cet acte grave, traduit le désarroi du camp des ennemis de la paix, car il intervient au moment précis où la mise en œuvre de l'Accord de paix devient de plus en plus une réalité au Mali », a ajouté M. Annadif.

Le Représentant spécial a exprimé ses condoléances les plus attristées aux familles des victimes et a souhaité un prompt rétablissement aux blessés.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Mali : l'envoyé de l'ONU condamne une attaque contre un camp de la MINUSMA à Tombouctou

En savoir plus






Coup de projecteur