De plus en plus d'enfants et de femmes cherchent refuge en Europe, selon l'UNICEF

Un garçon s’accroche à un grillage près de la ville de Gevgelija, dans l’ex-République yougoslave de Macédoine, à la frontière avec la Grèce (septembre 2015). Photo UNICEF/UNI196199/Georgiev

2 février 2016 – Pour la première fois depuis le début de la crise des réfugiés et des migrants en Europe, on compte plus d'enfants et de femmes que d'hommes adultes au sein des populations en mouvement, a affirmé mardi le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF).

Les enfants et les femmes représentent maintenant près de 60% des réfugiés et des migrants qui franchissent la frontière entre la Grèce et l'ex-République yougoslave de Macédoine, à Gevgelijia. Les enfants représentent actuellement 36% des personnes qui risquent la dangereuse traversée en bateau entre la Grèce et la Turquie. Ce chiffre pourrait être plus élevé, car beaucoup d'enfants ne déclarent pas leur âge tant qu'ils n'ont pas atteint leur destination, souligne l'UNICEF dans un communiqué de presse.

« Les implications de cette forte augmentation de la proportion d'enfants et de femmes dans ces populations en mouvement sont énormes », a déclaré la Coordonnatrice spéciale de l'UNICEF pour la crise des réfugiés et des migrants en Europe, Marie-Pierre Poirier. « Cela signifie qu'ils sont plus nombreux à entreprendre une traversée risquée en mer, en particulier maintenant en hiver, et ils sont plus nombreux à avoir besoin de protection sur terre. Il est impératif de renforcer les systèmes de protection sociale et de santé à chaque étape de façon à éviter que les enfants et les femmes ne se fassent exploiter ou ne tombent entre les mailles du filet ».

Depuis juin 2015, quand les hommes représentaient 73% du flux migratoire, on a constaté une nette augmentation du nombre d'enfants et de femmes en mouvement : les enfants accompagnés représentaient 10% des réfugiés et des migrants en juin 2015, contre plus d'un tiers à présent.

Bien qu'on ne connaisse pas le nombre exact d'enfants non accompagnés obligés de se déplacer, on sait que 35.400 d'entre eux, de jeunes Afghans pour la plupart, ont demandé l'asile en Suède et que l'Allemagne a accueilli plus de 60.000 adolescents non accompagnés venus principalement de Syrie, d'Afghanistan et d'Iraq.

L'UNICEF a souligné que tous les enfants doivent bénéficier de la priorité à chaque étape – ils doivent être pleinement informés de leurs droits à demander l'asile et de leurs droits au regroupement familial en Europe. L'intérêt supérieur de chaque enfant non accompagné doit être pris en considération avant de prendre quelque mesure que ce soit. L'UNICEF soutient le droit de tous les enfants au regroupement familial en particulier car les enfants vivant et voyageant sans soutien familial risquent d'être victimes de maltraitance et d'exploitation par des trafiquants.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Le HCR et l'OCDE appellent à intensifier les politiques d'intégration en faveur des réfugiés

En savoir plus






Coup de projecteur