RDC : le PAM assiste près de 50.000 nouveaux déplacés du fait d'une reprise des violences dans l'est

Une femme et son enfant regardent à travers la barrière en bambou d’un centre de soins à Kiwanja, une ville de la province du Nord-Kivu, en République démocratique du Congo. Photo: MONUSCO/Sylvain Liechti (archives)

25 janvier 2016 – En raison de la reprise des affrontements entre groupes armés dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), le Programme alimentaire mondial de l'ONU (PAM) distribue actuellement des biscuits à haute valeur énergétique à 48.000 nouveaux déplacés et familles hôtes, arrivés depuis la mi-novembre à Miriki et Kimaka, dans le territoire de Lubero, dans la province du Nord-Kivu.

Cette distribution est effectuée en partenariat avec la Fédération luthérienne mondiale (Lutheran World Federation, LWF), précise le PAM dans un communiqué diffusé lundi.

Ce mouvement de population de grande ampleur a été causé par des affrontements entre les groupes armés Maï-Maï et les Forces Démocratiques de Libération du Rwanda (FDLR) dans le courant du mois de novembre.

Les évaluations préliminaires du 4 décembre menées par la « Réponse Rapide aux Mouvements de Population » (RRMP) ont établi un niveau d'alerte maximum de 5 (sur 5), nécessitant une action immédiate afin de couvrir les besoins humanitaires urgents. Le RRMP a également fait état de nombreuses exactions commises contre les populations civiles à cette occasion (tueries, pillages, destructions de maisons).

Cette situation a conduit le PAM à intervenir en urgence grâce à ces biscuits à haute valeur énergétique fabriqués pour sauver des vies dans les cas les plus critiques. Leur distribution constitue la première ligne de réponse du PAM dans de telles catastrophes. Une étude multisectorielle sera menée par le RRMP sur le terrain afin de cibler les personnes vulnérables qui auront besoin d'assistance au cours des prochains mois. La communauté humanitaire fournira alors une aide plus complète pour les personnes identifiées comme vulnérables, comme par exemple les mères monoparentales, les personnes âgées ou les enfants en situation de malnutrition.

Le PAM est particulièrement préoccupé par la rapide augmentation des déplacements de populations au Nord-Kivu en raison de l'intensification des affrontements entre groupes armés. L'une de ces aires de déplacement est le territoire du Lubero, où le PAM assiste déjà 17.000 personnes vulnérables à travers diverses distributions.

Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA), la province du Nord- Kivu compte plus de 744.000 personnes déplacées. On compte également 124.000 personnes auparavant déplacées qui sont rentrées dans leur village d'origine depuis janvier 2015, souvent pour y trouver leurs maisons, écoles et champs endommagés ou détruits.


News Tracker: autres dépêches sur la question

RDC : la livraison de l'aide humanitaire entravée par l'insécurité au Nord-Kivu

En savoir plus






Coup de projecteur