L'ONU annonce la création de deux groupes consultatifs sur la santé et l'autonomisation économique des femmes

Une marche organisée dans les rues de New York en faveur de l’égalité des sexes en septembre 2015. Photo: ONU-Femmes/J Carrier

21 janvier 2016 – Le Secrétaire général, Ban Ki-moon, a nommé jeudi les premiers membres du Groupe consultatif de haut niveau sur l'initiative « Toutes les femmes, tous les enfants » chargé de galvaniser et inspirer des actions en faveur de la santé des femmes et des adolescents alors que le monde passe des Objectifs du millénaire pour le développement au Programme de développement durable à l'horizon 2030. Il a également annoncé la composition du premier Groupe de réflexion de haut niveau sur l'autonomisation économique des femmes.

Dans un communiqué, le porte-parole de M. Ban précise que le premier Groupe consultatif de haut niveau conseillera le Secrétaire général et guidera la transition du mouvement « Toutes les femmes, tous les enfants » et la nouvelle Stratégie mondiale pour la santé des femmes, des enfants et des adolescents, et assurera une liaison avec d'autres groupes engagés dans des activités de plaidoyer afin d'encourager collaboration et interaction avec d'autres objectifs pertinents du Programme de développement durable à l'horizon 2030.

La Stratégie mondiale pour la santé des femmes, des enfants et des adolescents propose une feuille de route, dans le cadre du mouvement « Toutes les femmes, tous les enfants », pour parvenir à mettre fin d'ici à 2030 à tous les décès évitables de femmes, d'enfants et d'adolescents et assurer leur bien-être et pour aider à la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD).

Aux premiers membres annoncés jeudi, s'ajouteront d'autres personnalités afin de parvenir à 15 membres et deux co-présidents et deux co-présidents suppléants.

Les deux co-présidents annoncés mardi sont la Présidente du Chili, Michelle Bachelet et le Premier ministre éthiopien, Hailemariam Desalegn.

Les deux co-présidents suppléants sont l'ancien Président tanzanien Jakaya Mrisho Kikwete et l'ancienne Présidente finlandaise Tarja Halonen.

Par ailleurs, M. Ban a également annoncé jeudi la composition du premier Groupe de réflexion de haut niveau sur l'autonomisation économique des femmes.

Selon un communiqué de presse d'ONU-Femmes, ce groupe d'experts sera chargé d'apporter des idées et de galvaniser les efforts en vue de combler le fossé économique persistant entre les sexes dans le monde.

Le Groupe fera des recommandations pour la mise en œuvre du Programme de développement durable à l'horizon 2030 axées sur l'amélioration des perspectives économiques des femmes et la promotion des femmes à des positions de leadership afin de stimuler une croissance économique respectueuse de l'environnement et inclusive. Ce Groupe est appuyé par le Royaume-Uni, le Groupe de la Banque mondiale et ONU-Femmes.

« L'autonomisation des femmes est un impératif mondial », a déclaré M. Ban. « Et pourtant, malgré d'importants progrès dans la promotion de l'égalité des sexes, s'attaquer aux obstacles structurels à l'autonomisation économique des femmes et à leur pleine inclusion dans l'activité économique demeure une nécessité urgente. Si nous voulons que le monde réalise les Objectifs de développement durable, nous devons assurer que l'autonomisation économique des femmes fasse un bond en avant », a-t-il ajouté.

Les co-présidents du Groupe sont le Président du Costa Rica, Luis Guillermo Solis, et la PDG d'IKEA-Suisse, Simona Scarpaleggia.


News Tracker: autres dépêches sur la question

ADDIS-ABEBA : Ban Ki-moon appelle à investir davantage en faveur de l'égalité des sexes

En savoir plus