Syrie : l'ONU demande un accès sans entrave à toutes les communautés assiégées

Une famille évacue en décembre 2015 un quartier où le conflit fait rage dans l’est de Ghouta, en Syrie, utilisant un chariot pour transporter ses affaires. Photo: UNICEF/Amer Al Shami

7 janvier 2016 – Le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a appelé jeudi les parties au conflit en Syrie à ouvrir des accès humanitaires à toutes les communautés vivant dans des zones reculées ou assiégées, alors que le gouvernement syrien vient d’autoriser un accès à quelques villes et villages assiégés.

L'ONU se dit particulièrement préoccupée par le sort de près de 400.000 personnes assiégées par les diverses parties au conflit dans des lieux comme Deir Ez-Zor, Daraya, Foah et Kafriya, ainsi que dans la région du Ghouta oriental. L'année dernière, 10% seulement des demandes d'accès aux zones reculées ou assiégées présentées par les agences de l'ONU pour leurs convois d'aide humanitaire ont été approuvées.

Près de 42.000 personnes vivant toujours à Madaya risquent la famine, disent dans une déclaration conjointe le Coordonnateur humanitaire résident en Syrie, Yacoub El Hillo, et le Coordonnateur humanitaire régional pour la crise syrienne, Kevin Kennedy.

L'ONU a reçu des informations crédibles selon lesquelles des personnes meurent de faim ou sont tuées en tentant de s'enfuir. Le 5 janvier 2016, un homme âgé de 53 ans aurait succombé à la famine et sa famille, composée de cinq personnes, continue de souffrir de grave malnutrition, selon la déclaration.

Selon l'OCHA, on estime à 4,5 millions le nombre de personnes en Syrie qui vivent dans des zones difficiles d'accès, dont près de 400.000 dans 15 lieux assiégés qui ne peuvent recevoir l'aide vitale dont elles ont un besoin urgent.

Le conflit en cours continue d'entraver les efforts humanitaires et la liberté de mouvement est restreinte par la présence de combattants armés et de mines. Le dernier convoi d'aide multi-agences à parvenir à la ville de Madaya remonte au 18 octobre 2015 et les dernières évacuations médicales de cette ville ont eu lieu en décembre, la ville étant restée inaccessible depuis lors en dépit de nombreuses demandes.

« L'ONU se réjouit de l'octroi jeudi par le gouvernement syrien d'une autorisation d'accès à Madaya, Foah et Kafriya et se prépare à y livrer de l'assistance humanitaire dans les prochains jours », déclarent MM. El Hillo et Kennedy.

Le droit humanitaire international interdit de prendre pour cible la population civile. Il interdit également le recours à la privation de nourriture comme tactique de guerre. L'ONU « appelle à l'octroi immédiat d'un accès humanitaire à toutes les zones reculées et assiégées en Syrie et à la facilitation d'une évacuation sûre de civils ».


News Tracker: autres dépêches sur la question

Syrie : l'ONU participe à l'évacuation d'habitants de quatre villes assiégées

En savoir plus






Coup de projecteur