Le paludisme est en recul dans le monde et doit être éliminé d'ici à 2030, selon l'ONU

Des enfants entourés d’un filet de protection contre le paludisme en République dominicaine. Photo : OMS / OPS

19 novembre 2015 – La progression du paludisme dans le monde a été arrêtée et son incidence réduite, ce qui était l'un des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), et ce succès doit maintenant être confirmé pour aboutir à une élimination totale de la maladie d'ici à 2030, ont déclaré jeudi l'ONU et le Partenariat mondial contre le paludisme (Roll Back Malaria Partnership, RBM).

« Le succès remporté par les nations du monde en vue de repousser le paludisme montre ce qui peut être accompli avec une dose adéquate de détermination et les bons partenariats », a déclaré le Président de l'Assemblée générale de l'ONU, Mogens Lykketoft. « Nous pouvons et nous devons éliminer le paludisme d'ici à 2030 », a-t-il ajouté, faisant allusion à l'un des 17 objectifs du Programme de développement durable à l'horizon 2030, adopté en septembre et qui se veut une prolongation des efforts pour parvenir aux OMD.

Selon le Partenariat RBM, les progrès accomplis depuis 2000 dans la lutte contre le paludisme ont permis d'éviter plus de 6,2 millions de décès, dont 97% d'enfants. Sur le seul continent africain, où surviennent encore 90% des décès causés par le paludisme, une réduction d'environ 69% de la mortalité due à cette maladie parmi les enfants de moins de cinq ans a été enregistrée au cours des 15 dernières années.

Aujourd'hui, plus de 100 pays sont débarrassés du paludisme et au moins 55 autres sont en voie de parvenir à réduire l'incidence de la maladie de 75% à la fin de cette année, date qui marquera la transition entre le cycle des OMD et celui du Programme de développement durable à l'horizon 2030 (PDD 2030).

Malgré ces progrès, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) estime encore à 214 millions le nombre des cas d'infections par le paludisme dans le monde en 2015, et à 472.000 le nombre des décès, pour la plupart des enfants africains âgés de moins de cinq ans. La moitié de la population mondiale étant exposée au risque d'infection, le paludisme reste à la fois une cause majeure et une conséquence de la pauvreté, entravant le développement économique, la sécurité alimentaire et la scolarisation des enfants.

A l'approche du lancement du PDD 2030, la poursuite de l'engagement des nations et un financement adéquat seront essentiels pour parvenir à vaincre la maladie. Selon le Partenariat RBM, plus de 100 milliards de dollars seront nécessaires pour atteindre l'objectif de l'éliminer d'ici à 2030. « Alors que nous nous fixons l'objectif d'une élimination du paludisme, nous prévoyons d'éviter près de 3 milliards d'infections et de permettre de générer environ 4.000 milliards de dollars de PNB supplémentaire dans le monde sur les 15 prochaines années », a déclaré Hervé Verhoosel, représentant du Partenariat RBM à New York. « Mais nous devons nous assurer de l'engagement politique et des ressources financières nécessaires à l'accomplissement de ce but », a-t-il ajouté.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Climat : plus de 100 millions de personnes pourraient plonger dans la pauvreté si rien n'est fait, selon la Banque mondiale

En savoir plus