Des attaques contre l'éducation des filles se produisent de plus en plus souvent, selon un rapport de l'ONU

Photo: ONU/Shareef Sarhan

9 février 2015 – Des attaques contre des écoles ont été recensées dans au moins 70 pays au cours des cinq dernières années et nombre d'entre elles ont visé en particulier des filles, leurs familles et les enseignants plaidant pour l'égalité des sexes en matière d'éducation, selon un nouveau rapport des Nations Unies publié lundi.

« Bien que des progrès importants aient été réalisés pour garantir l'éducation pour tous dans de nombreux pays, les filles se heurtent encore à des obstacles supplémentaires leur empêchant de jouir pleinement de leur droit à l'éducation », souligne le rapport publié par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH). « Les attaques contre les filles accédant à l'éducation persistent et semblent se produire dans certains pays avec une régularité croissante ».

Le rapport cite ainsi le meurtre de plus de 100 enfants lors d'une attaque par des Taliban pakistanais contre une école de l'armée à Peshawar en décembre 2014 ; l'enlèvement de près de 300 écolières en avril 2014 par le groupe Boko Haram dans le nord du Nigéria ; l'attaque en 2012 contre Malala Yousafzai par des Taliban au Pakistan ; plusieurs incidents d'empoisonnement et d'attaques à l'acide contre des écolières en Afghanistan entre 2012 et 2014 ; des filles forcées d'abandonner l'école en Somalie pour devenir des 'épouses' de combattants d'Al-Shabaab en 2010 ; et l'enlèvement et le viol de filles dans une école chrétienne en Inde en juillet 2013.

Dans d'autres situations, les attaques ne sont pas motivées par le désir explicite de refuser aux filles une éducation mais reflètent la violence subie par les filles et les femmes dans tous les domaines de leur vie publique et privée, note le rapport.

« Des attaques impliquant des violences sexuelles contre des enseignants et des filles dans des établissements d'enseignement ou lors du trajet pour s'y rendre ont été signalés en République démocratique du Congo, au El Salvador, en Haïti, en Indonésie, en Iraq, au Mali, au Myanmar, aux Philippines et en Syrie », souligne le rapport.

« Les attaques contre l'éducation des filles ont un effet de ricochet. Non seulement, elles ont un impact sur la vie des filles et des communautés directement concernées, mais elles donnent le sentiment aux autres parents et aux tuteurs que les écoles ne sont pas des lieux sûrs pour les filles », ajoute le HCDH. « Le retrait des filles des écoles en raison de craintes pour leur sécurité et de préoccupations concernant leur capacité à se marier plus tard peut entraîner de nouvelles violations des droits humains tels que les mariages forcés, la violence domestique, les grossesses précoces, l'exposition à d'autres pratiques néfastes, la traite et l'exploitation sexuelle ».


News Tracker: autres dépêches sur la question

Burundi : l'ONU exhorte les autorités à respecter la liberté d'expression des journalistes

En savoir plus






Coup de projecteur