Le chef de l'ONU appelle à un développement durable fondé sur la dignité

Le projet de grande muraille verte pour le Sahara soutient les communautés locales dans la gestion durable des zones désertiques. Photo FAO/Giulio Napolitano

4 décembre 2014 – Lors de la présentation jeudi du rapport de synthèse sur le programme de développement pour l'après-2015 à l'Assemblée générale, le Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon, a souhaité que la période à venir soit une ère de développement durable pour tous basée sur les principes des droits de l'homme et de la dignité.

« Les 17 objectifs du développement durable, et les 169 cibles qui y sont associées, identifiés par le groupe de travail constituent l'expression de la vision de la communauté internationale et du souhait de mettre en œuvre un programme capable d'éradiquer la pauvreté, partager la prospérité, assurer la paix et protéger la planète », a déclaré M. Ban en soulignant que cela requiert des engagements clairs pour financer sa mise en œuvre.

Le rapport de synthèse met en avant un ensemble d' « éléments essentiels » qui doivent servir de lignes directrices pour le travail à venir. Parmi ces éléments figurent la dignité, qui constitue la base pour la lutte contre la pauvreté et les inégalités. L'élément humain doit servir à assurer l'inclusion, en particulier des femmes et des enfants, dans la société. L'élément « planète » englobe toutes les actions pour lutter contre les changements climatiques et protéger les écosystèmes. Les autres éléments sont la prospérité, la justice, et les partenariats pour assurer la solidarité et la coopération internationale.

Le critère fondamental pour la réussite du programme de développement durable pour l'après-2015 sera selon le chef de l'ONU sa mise en œuvre et le financement qui est une condition sine qua none.

« Nous devons faire appel à toutes les sources de financement, publiques et privées, nationales et internationales. Les gouvernements nationaux doivent assurer un rôle clef pour mobiliser des fonds pour financer des instruments économiques et sociaux. Les fonds publics doivent d'abord servir à aider les plus pauvres et les plus vulnérables. L'aide au développement et les fonds publics internationaux continueront d'avoir un rôle central, particulièrement dans les pays vulnérables. J'exhorte les Etats membres à honorer pleinement leurs engagements », a indiqué le Secrétaire général.

« Nous devons également agir urgemment pour débloquer le potentiel considérable des billions de dollars des ressources privées. Les investissements dans des projets spécifiques seront la clef, à la fois pour la transition vers une économie verte, pour améliorer l'accès à l'eau, aux énergies renouvelables, à l'agriculture durable, à l'industrie propre, et aux infrastructures et le transport durables », a-t-il ajouté.

Pour M. Ban, la conférence de mobilisation de fonds pour le développement, qui aura lieu en juillet 2015 à Addis-Abeba, en Ethiopie, sera l'occasion de conclure des accords pour permettre le financement du programme de développement durable et de préparer l'accord mondial sur le climat.

De son côté, le Président de l'Assemblée générale, Sam Kutesa, a salué la présentation du rapport de synthèse et il a appelé les Etats membres à l'étudier et à présenter leurs commentaires dans le contexte des consultations et des négociations à venir sur le programme de développement pour l'après-2015.

« Alors que nous approchons du début des négociations, nous avons la responsabilité historique d'élaborer un programme de développement capable de faire les transformations nécessaires, et appuyé par les moyens financiers adéquats pour la mise en œuvre », a souligné M. Kutesa.


News Tracker: autres dépêches sur la question

La FAO souligne le lien entre développement rural et flux migratoires

En savoir plus






Coup de projecteur