La traite des enfants est en hausse dans le monde, selon l'ONU

Photo: ONUDC

25 novembre 2014 – Une victime sur trois de la traite des personnes est un enfant, soit une augmentation de 5% par rapport à la période 2007-2010, selon un nouveau rapport de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (l'ONUDC) publié lundi à Vienne.

D'après ce Rapport mondial sur la traite des personnes 2014, les filles représentent deux tiers des enfants victimes, et représentent avec les femmes 70% des victimes de la traite dans le monde entier.

« Malheureusement, le rapport montre qu'il n'y a aucune place dans le monde où les enfants, les femmes et les hommes sont à l'abri de traite des personnes », a déclaré le Directeur exécutif de l'ONUDC, Yury Fedotov. « Les données officielles communiquées à l'ONUDC par les autorités nationales ne représentent que ce qui a été détecté. Il est très clair que l'ampleur de l'esclavage moderne est bien pire ».

Aucun pays n'est à l'abri - il y a au moins 152 pays d'origine et 124 pays de destination touchés par la traite des personnes, et plus de 510 flux de traite traversant le monde. La traite survient principalement à l'intérieur des frontières nationales ou la même région, pendant que le trafic transcontinental touche principalement les pays riches.

Dans certaines régions - comme l'Afrique et le Moyen-Orient - la traite des enfants est un problème majeur, avec les enfants constituant 62% des victimes.

La traite des personnes aux fins de travail forcé - y compris dans les secteurs de la fabrication et de la construction, le travail domestique et la production de textile - a également augmenté de façon constante au cours des cinq dernières années. Environ 35% des victimes de la traite aux fins de travail forcé détectées sont des femmes.

Il y a, cependant, des variations régionales : les victimes en Europe et en Asie centrale sont le plus souvent victimes de la traite aux fins d'exploitation sexuelle, tandis que dans l'Asie orientale et le Pacifique le marché est dominé par le travail forcé. Dans les Amériques, les deux types sont détectés à parts presque égales.

La plupart des flux de trafic sont interrégionaux, et plus de 6 victimes sur 10 ont été victimes de la traite à travers au moins une frontière nationale. La grande majorité des trafiquants condamnés – 72% - sont des hommes et des citoyens du pays dans lequel ils opèrent.

Le rapport souligne que l'impunité demeure un problème grave : 40% des pays n'ont enregistré que peu ou pas de condamnations et il n'y a eu aucune augmentation perceptible dans la réponse globale de la justice pénale à ce crime, laissant une importante partie de la population vulnérable aux délinquants.

Selon M. Fedotov, « même si la plupart des pays criminalisent le trafic, beaucoup de gens vivent dans des pays où les lois ne sont pas en conformité avec les normes internationales qui leur permettraient une protection complète, comme le Protocole sur la traite des personnes ».

« Ceci doit changer », ajoute M. Fedotov. « Chaque pays doit adopter la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée et le protocole et s'engager à la pleine mise en œuvre de leurs dispositions ».


News Tracker: autres dépêches sur la question

Niger : l'experte de l'ONU salue les mesures prises pour éradiquer l'esclavage

En savoir plus






Coup de projecteur