VIH/Sida : l'ONU appelle à accélérer la riposte pour mettre fin à l'épidémie d'ici à 2030

Une femme séropositive et sa petite-fille à Makuzeze au Malawi. Photo: UNICEF

18 novembre 2014 – Si le monde n'accélère pas rapidement la riposte dans les cinq prochaines années, l'épidémie de VIH/sida pourrait redémarrer et le nombre de nouvelles infections à VIH atteindre des niveaux encore plus élevés qu'aujourd'hui, a prévenu mardi le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA)

Le nouveau rapport de l'ONUSIDA, intitulé « Accélérer : mettre fin à l'épidémie de sida d'ici à 2030 », indique qu'en adoptant une approche accélérée, près de 28 millions de nouvelles infections à VIH et 21 millions de décès du sida pourraient être évités d'ici à 2030.

« Nous avons infléchi la trajectoire de l'épidémie », a déclaré le Directeur exécutif de l'ONUSIDA, Michel Sidibé. « Nous disposons désormais de cinq ans pour la briser pour de bon, faute de quoi nous risquons un rebond incontrôlable de l'épidémie ».

Le rapport a été présenté à l'Université de Californie à Los Angeles (UCLA) en présence de l'actrice Charlize Theron, Messagère des Nations Unies pour la paix et Fondatrice du Charlize Theron Africa Outreach Project.

Selon l'ONUSIDA, les cibles qu'il faudrait atteindre d'ici à 2020 comprennent la réalisation de l'objectif 90–90–90 : 90% des personnes vivant avec le VIH connaissent leur séropositivité, 90% des personnes conscientes de leur séropositivité ont accès au traitement, et 90% des personnes sous traitement atteignent des niveaux de VIH indétectables dans leur organisme.

L'ONUSIDA estime qu'en juin 2014, quelque 13,6 millions de personnes avaient accès au traitement antirétroviral, ce qui constitue un progrès significatif pour arriver à ce que 15 millions de personnes aient accès au traitement en 2015, mais on reste loin de l'objectif 90–90–90. Des efforts spécifiques sont nécessaires pour combler l'écart d'accès au traitement des enfants.

Les autres cibles incluent une réduction de plus de 75% du nombre annuel de nouvelles infections à VIH (à 500.000 en 2020) et la réalisation de l'objectif « zéro discrimination ».

Le rapport souligne à quel point il est essentiel d'investir pour atteindre ces cibles. « En investissant 3 dollars seulement par jour et par personne vivant avec le VIH au cours des cinq prochaines années, nous pourrions briser l'épidémie pour de bon », a déclaré M. Sidibé.


News Tracker: autres dépêches sur la question

L'ONUSIDA nomme Victoria Beckham Ambassadrice itinérante

En savoir plus





Coup de projecteur