A Addis Abeba, le chef de l'ONU appelle à la solidarité régionale africaine face à Ebola

Des fillettes de la ville de Voinjama, au Libéria, regarde une affiche expliquant comment éviter la propagation d’Ebola. Photo UNICEF/2014/Liberia/Jallanzo

28 octobre 2014 – Alors qu'il se trouvait à Addis Abeba, en Ethiopie, dans le cadre d'une tournée dans la Corne de l'Afrique, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a appelé mardi à la solidarité régionale africaine pour aider la Guinée, le Libéria et la Sierra Leone à surmonter l'épidémie d'Ebola.

Accompagné notamment du Président de la Banque mondiale, Jim Yong Kim, M. Ban a rencontré la Présidente de la Commission de l'Union africaine, Nkosazana Dlamini-Zumaý, pour discuter des efforts pour stopper l'épidémie.

« La transmission du virus continue de progresser plus vite que l'effort de la communauté internationale pour y répondre », a dit M. Ban lors d'une conférence de presse conjointe. « C'est pourquoi des partenariats régionaux efficaces sont déterminants dans cette bataille. »

« Je suis très encouragé d'apprendre les récentes promesses faites par les nations africaines, plus récemment par l'Ethiopie, le Burundi, le Nigéria et la République démocratique du Congo (RDC) pour déployer du personnel médical. La solidarité régionale est cruciale et je salue leur courage et leur dévouement », a-t-il ajouté.

Le Secrétaire général a notamment estimé que la communauté internationale avait beaucoup à apprendre de l'expérience du Nigéria, de la RDC et du Sénégal face à Ebola.

« Je remercie la Présidente (de la Commission de l'Union africaine) pour son rôle dans la galvanisation des efforts dans la région, notamment à travers le déploiement de la Mission de soutien de l'Union africaine à l'épidémie d'Ebola en Afrique de l'Ouest. J'encourage cette mission à se coordonner étroitement avec la Mission de l'ONU pour l'action d'urgence contre Ebola (MINUAUCE) », a dit M. Ban.

Il a demandé à l'Union africaine de continuer d'appeler ses Etats membres à ne pas imposer de restrictions sur les voyages ou à ne pas fermer leurs frontières, mais à déployer les ressources humaines indispensables qui permettront de contenir l'épidémie. « Nous avons besoin de toute urgence de déployer dans la région davantage d'équipes médicales étrangères formées », a-t-il ajouté.

Le Secrétaire général s'est ensuite rendu à Djibouti, où il a rencontré le Premier ministre et le Président de l'Assemblée nationale. Mercredi, il doit rencontrer le Président de Djibouti.


News Tracker: autres dépêches sur la question

L'OMS salue le feu vert donné en Suisse aux tests d'un vaccin contre Ebola

En savoir plus




Coup de projecteur