L'UNESCO appelle à assurer la sauvegarde du patrimoine audiovisuel mondial

Le siège de l’UNESCO à Paris. Photo UNESCO/M. Ravassard

27 octobre 2014 – A l'occasion de la Journée mondiale du patrimoine audiovisuel, la Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a estimé qu'il fallait prendre des mesures pour garantir la préservation à long terme de cette partie du patrimoine mondial commun.

« Les documents audiovisuels, tels que les films, les émissions radiophoniques et télévisées, sont des enregistrements précieux des XXe et XXIe siècles et contribuent à conserver la mémoire commune de toute l'humanité. Alors que des mutations majeures modifient la façon dont l'information et les ressources sont produites, consultées et gérées et alors qu'une quantité toujours plus grande de matériels audiovisuels apparaît sous forme numérisée – messageries électroniques, réseaux sociaux et sites Web – c'est tout le patrimoine audiovisuel qui est aujourd'hui menacé », a prévenu Mme Bokova dans son message pour la journée.

Des millions de films, de bandes et de disques audios et vidéos risquent selon la Directrice générale de l'UNESCO de tomber en poussière, de s'effacer et de disparaître.

« Pour répondre à cette menace, nous devons prendre la mesure du défi et sensibiliser le public à son existence – d'où l'intérêt de la Journée mondiale du patrimoine audiovisuel. Nous devons également imaginer de nouvelles approches pour les programmes d'archivage et former les archivistes à s'adapter à un environnement politique, technologique et culturel changeant », a-t-elle affirmé.

Selon elle, les spécialistes de la préservation doivent recevoir tout le soutien dont ils ont besoin pour sauvegarder le patrimoine audiovisuel commun de l'humanité.

Ces objectifs guident toute l'action menée par l'UNESCO dans le cadre du Programme Mémoire du monde lancé en 1992, dans le but de protéger et promouvoir le patrimoine documentaire du monde par des stratégies de préservation et d'accès plus performantes. L'agence onusienne a élaboré un ensemble d'instruments internationaux en vue de protéger le patrimoine culturel et documentaire et l'UNESCO renforce les capacités aux niveaux local et régional, ce qui est particulièrement important dans les situations de crise et de catastrophe.

« Nous devons agir aujourd'hui pour que les générations à venir puissent profiter demain du patrimoine audiovisuel commun de l'humanité. Ce patrimoine est porteur d'enseignements, d'informations et de connaissances qu'il est primordial de partager. Il est un fondement du sentiment d'identité et d'appartenance et une source d'innovation et de créativité. Voilà pourquoi les archives sont si importantes. En tant que gardiennes de notre mémoire collective, elles garantissent le droit à la vérité et au savoir », a déclaré Mme Bokova.

« Dans cet esprit, j'appelle tous les gouvernements à renforcer leurs politiques nationales en vue de préserver le patrimoine audiovisuel sous toutes ses formes et d'en permettre l'accès ainsi que de soutenir l'action des spécialistes afin d'identifier et de préserver les collections de valeur durable. Tel est le message de l'UNESCO en cette Journée mondiale du patrimoine audiovisuel 2014 », a-t-elle ajouté.


News Tracker: autres dépêches sur la question

UNESCO : documents sur Che Guevara et témoignages de victimes de l'Holocauste au Registre Mémoire du monde

En savoir plus






Coup de projecteur