Ukraine : le chef de l'ONU inquiet ; réunion du Conseil de sécurité

Des personnes déplacées dans l’est de l’Ukraine. Photo: FNUAP Ukraine/Olena Kulyk

28 août 2014 – Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, s'est dit alarmé jeudi par les informations selon lesquelles les combats dans l'Est de l'Ukraine se sont propagés vers le sud, près de la frontière de la mer d'Azov et de la Fédération de Russie.

« Si ces informations sont confirmées, cela constituerait une dangereuse escalade dans la crise ukrainienne », a dit le porte-parole du Secrétaire général dans une déclaration à la presse.

« La communauté internationale ne peut pas laisser la situation dégénérer davantage et il n'est pas possible de laisser se poursuivre les violences et les destructions qui ravagent l'Est de l'Ukraine », a-t-il ajouté.

« Le Secrétaire général prend note des récents pourparlers à Minsk le 26 août, ainsi que de la première rencontre officielle entre les Présidents de l'Ukraine et de la Russie. Il appelle à la poursuite de ces pourparlers, en vue d'arriver à une issue pacifique au conflit. Tout le monde doit contribuer à la résolution pacifique de ce conflit, d'une manière qui confirme la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Ukraine », a-t-il encore dit.

Selon la presse, l'Ukraine a affirmé subir une « invasion directe » des forces armées russes dans le Sud-Est du pays et a demandé une aide militaire directe à l'Union européenne.

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a tenu une réunion d'urgence jeudi après-midi à New York sur les derniers développements en Ukraine.

Lors d'un exposé devant les membres du Conseil de sécurité, le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires politiques, Jeffrey Feltman, a estimé que « la propagation des combats vers le sud, le long de la frontière avec la Fédération de Russie et la mer d'Azov, marquait une escalade dangereuse du conflit. » « La bataille pour Loubansk continue et les hostilités à Donetsk dans plusieurs endroits stratégiques se sont étendues », a-t-il dit.

« Nous ne pouvons pas ignorer les informations profondément alarmantes sur l'implication militaire russe dans cette nouvelle escalade. Si elle est confirmée, cela constituerait une contravention directe du droit international et de la Charte de l'ONU », a-t-il ajouté.

Selon M. Feltman, il est urgent de garantir une frontière sûre entre l'Ukraine et la Russie, avec une vérification internationale, comme cela a été discuté à Minsk. Il a également jugé crucial que les élections prévues le 26 octobre se déroulent dans l'ensemble de l'Ukraine.

« L'objectif immédiat doit être de trouver des moyens d'inverser la dangereuse escalade des combats des dernières 48 heures et évoluer rapidement d'un conflit armé à un dialogue et des solutions politiques », a-t-il ajouté.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Ukraine : Amos juge nécessaire d'augmenter l’aide dans la perspective de l'hiver

En savoir plus





Coup de projecteur