Darfour : le Conseil de sécurité proroge le mandat de l'Opération de l'Union africaine et de l’ONU

Des enfants au Darfour, au Soudan. Photo MINUAD/Albert Gonzalez Farran

27 août 2014 – Le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté mercredi à l'unanimité une résolution prorogeant le mandat de l'Opération de l'Union africaine et des Nations Unies au Darfour (MINUAD), jusqu'au 31 juin 2015.

En prorogeant le mandat de la MINUAD jusqu'au 31 juin 2015, le Conseil de sécurité a fixé ses effectifs à un maximum de 15.845 militaires, 1583 policiers et 13 unités de police constituées comprenant au maximum 140 hommes chacune.

Le Conseil demande à l'Opération la réalisation rapide et intégrale de « la rationalisation de toutes les composantes de la MINUAD et l'alignement des activités à l'appui de ses priorités stratégiques ».

En concertation étroite avec l'Union africaine, le Secrétaire général devra conduire une analyse de la réalisation de l'examen de la MINUAD et la présenter d'ici le 28 février 2015, avec des « recommandations sur le futur mandat, la composition, la configuration et la stratégie de désengagement de la MINUAD, ainsi que sur ses relations avec d'autres acteurs du système des Nations Unies au Darfour et au Soudan ».

Se félicitant que quelques progrès aient été faits dans la mise en œuvre de certains éléments du Document de Doha pour la paix au Darfour, le Conseil de sécurité exige que toutes les parties à ce conflit, en particulier tous les groupes armés non signataires et les autres groupes, « mettent fin immédiatement à tous les actes de violence et s'engagent à respecter un cessez-le-feu durable et permanent afin d'apporter la stabilité et une paix durable dans la région ».

Les 15 membres du Conseil ont prié le gouvernement du Soudan et les groupes armés de créer les conditions propices à la tenue d'un dialogue interne, et ils ont condamné toutes les agressions contre la MINUAD, tout en notant une diminution sensible du nombre d'agressions mortelles dont elle a fait l'objet depuis août 2013.

Les membres du Conseil ont également exprimé leurs préoccupations face à la détérioration de la situation humanitaire au Darfour et les menaces et agressions contre le personnel et les installations humanitaires.

Dans son rapport sur la MINUAD, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a indiqué que malgré les tendances d'évolution favorables observées dans la période considérée, les droits des civils demeurent compromis par tous les éléments armés, que ce soient le Gouvernement, les rebelles, les milices, les criminels ou les éléments tribaux participant aux hostilités.

En ce qui concerne les réfugiés et les personnes déplacées, les membres du Conseil ont souligné « qu'il importe de trouver des solutions dignes et durables et d'assurer leur pleine participation à la préparation et à la mise en œuvre de ces solutions ».


News Tracker: autres dépêches sur la question

Le Darfour continue de connaître une situation humanitaire très grave, selon l'ONU

En savoir plus




Coup de projecteur